Parlez-vous Computer Grrrls ?

Articles
mardi 26 février 2019
Parlez-vous Computer Grrrls ?

Biais, biohacking, chatbot, machine learning, colonialisme numérique… Le développement des technologies et du numérique a engendré un nouveau vocabulaire... Voici une sélection de définitions pour mieux comprendre les thématiques abordées dans l’exposition Computer Grrrls.

  • Algorithme : Un algorithme désigne une suite d’instructions élaborées pour résoudre un problème mathématique. Ce terme est souvent utilisé pour parler des algorithmes qui traitent des grandes masses de données (Big Data) en informatique.

  • Apprentissage automatique (Machine learning) : L'apprentissage automatique est une branche de l’Intelligence artificielle qui concerne le développement d’algorithmes permettant de rendre une machine capable d’accomplir des tâches complexes sans avoir été explicitement programmée dans ce but, en l'entraînant sur un grand volume de données.

 

  • Assistants numériques : Les assistants numériques, comme « Siri » lancé par Apple en 2011, sont des interfaces vocales qui permettent de centraliser l’interaction de l’utilisateur sous forme de commandes avec différentes fonctionnalités ou de piloter des objets connectés.

  • Biais : Couramment, le mot biais désigne une ligne oblique. Cette caractéristique se retrouve au sens figuré dans l’expression « biais cognitif » qui désigne une déviation de notre raisonnement logique pouvant induire inconsciemment en erreur. Un raisonnement peut par exemple être biaisé par un préjugé.

  • Biais algorithmique : Un biais algorithmique est un préjugé inséré dans des équations mathématiques. Les algorithmes auxquels nous déléguons des décisions majeures dans l'éducation, la santé, l'emploi et la justice sous prétexte qu'ils sont neutres, sont parfois accusés de biaiser les résultats et de discriminer les personnes, volontairement ou non, en fonction de leur genre, de leur origine ethnique, ou encore de leur orientation sexuelle.

  • Biohacking : Ce terme réunit les mots « biologie » et « hacking », ce dernier définissant le fait de détourner une technologie de son usage habituel. Le biohacking est un terme polysémique qui désigne généralement l’utilisation de technologies pour expérimenter et détourner des éléments biologiques hors du cadre institutionnel. Il se rapporte aussi au terme « biologie participative » qui désigne une approche des sciences du vivant ouverte à tous, tournée vers le partage libre d’informations et les pratiques expérimentales ou autodidactes.

  • Biométrie : La biométrie est la mesure d’un individu. Par extension elle regroupe l’ensemble des caractéristiques physiques propres à un individu comme par exemple ses empreintes digitales ou sa voix. Elles permettent de le différencier des autres.

 

  • Chatbot : Un Chatbot est un mot composé du verbe anglais « to chat » (discuter) et de « bot » qui désigne un type programme informatique. « Bot » vient du mot « robot ». Un Chatbot est un programme informatique dont le but est de simuler une conversation via une interface, le plus souvent textuelle.

  • Colonialisme numérique : En faisant référence au terme historique de « colonialisme », l’expression « colonialisme numérique », vise à dénoncer la souveraineté mondiale et la prise de contrôle de l’univers numérique par les plus grandes entreprises privées de ce domaine. Ce terme fait débat en raison des implications historiques du mot colonialisme appliqué à un autre contexte. Il est aussi employé pour présenter les technologies numériques comme omniprésentes et « colonisant » notre monde. Cette expression peut aussi servir à définir les technologies numériques comme des outils de domination du monde occidental sur le reste de monde, en les considérant comme une nouvelle façon de « coloniser ».

 

  • Cyberféminisme : Le cyberféminisme fait référence aux différents courants féministes dont les réflexions et les activités se concentrent sur le cyberespace, Internet et les technologies numériques. Le cyberféminisme a une importante dimension artistique.

  • Low tech/high tech : Littéralement « basse technologie » et « haute technologie », ces deux termes sont régulièrement utilisés pour montrer une opposition entre des technologies simples, peu coûteuses, parfois anciennes et pouvant être réalisées soi-même (low-tech) et des technologies de pointe, nouvelles et plus complexes (high tech).

 

  • Modélisation et impression 3D : La modélisation tridimensionnelle permet de créer à l’aide d’un logiciel une représentation numérique d’un volume qui peut ensuite être construit par une imprimante 3D à une échelle choisie et avec différents matériaux en fonction de l’imprimante.

  • Savoirs situés : L’expression « savoirs situés » ou « positionnement » apparaît vers les années 1970 dans des recherches universitaires et féministes, en opposition à la présentation de savoirs comme « neutres » et à l’absence du point de vue des femmes. Les savoirs situés prennent en considération le fait que les savoirs, y compris scientifiques, peuvent être orientés par un point de vue et des expériences vécues.

Computer Grrrls, Exposition, performances, rencontres, ateliers et concerts, du 14 mars au 14 juillet.