Pour aller plus loin : "Vivre avec la catastrophe"

Ce qui dépend de nous #5

Articles
lundi 3 juin 2019
Pour aller plus loin : "Vivre avec la catastrophe"

Dernière rencontre du cycle "Ce qui dépend de nous", "Vivre avec la catastrophe" se penche sur Fukushima et ses habitant.e.s, qui doivent dorénavant recomposer leur vie avec l'ombre de la catastrophe. En attendant la rencontre le 12 juin, un lexique, mais aussi une sélection de podcasts, de sites web et de livres pour se rappeler que la fin du monde n'est que la fin d'un monde.

Lexique

  • Effondrement de la civilisation : L'effondrement est le déclin imminent du monde industriel contemporain qui inclut l'extinction de nombreuses espèces vivantes, dont l'espèce humaine, et qui s'inscrit dans un processus d'effondrement global envisageable. Cette conception décrit un risque systémique de catastrophe planétaire provoquée directement par le mode de fonctionnement anthropique contemporain. Ces théories de l'effondrement s'appuient sur des indices mesurables et des études documentées et sont apparues avec le rapport Meadows dans les années 1970. Cette théorie est liée à la collapsologie (du latin collapsus, "tombé en un seul bloc") qui est l'étude de l'effondrement des sociétés ou des civilisations.
  • Mutation : On parle de mutation quand il y a modification accidentelle ou provoquée de l'information génétique. Dans la nature les mutations dites héréditaires participent à l'évolution des espèces. Certains facteurs comme la radioactivité élévée peuvent provoquer des mutations génétiques de la flore et de la faune présente sur la zone contaminée. Cela entraine des perturbations génétiques et multiplie la fréquence des mutations cellulaires. Dans la majorité des cas étudiés concernant la faune sur le site de Fukushima, on observe des atteintes à l'organisme causées par la catastrophe nucléaire.
  • Agnotologie : Ce terme inventé par l'historien des sciences Robert N. Proctor désigne la science de la cultivation de l'ignorance ainsi que les pratiques qui permettent de la produire. Elle résulte souvent d'une politique de désinformation, de censure et de propagande. Ce procédé de manipulation profite aux lobbies et participe au succès de nombreuses industries comme le nucléaire, le tabac, l'utilisation de certains médicaments, les pesticides, les perturbateurs endocriniens, et matériaux par exemple. L'action de ces groupes de pression peut passer par des stratégies de décrédibilisation de la science et par la réalisation d'études cherchant à contrecarrer les arguments de leurs détracteurs, si des intérêts financiers sont en jeu.

Podcasts

Sites Internet

  • Fukushima No go Zone : site regroupant les archives photographiques de la découverte du no man's land autour de Fukushima par Guillaume Bression et Carlos Ayesta. Leur projet Retracing our steps offre à lire des témoignages d'anciens habitants des environs de Fukushima, de retour sur leur ancien lieu de vie.

  • Kosuke Okahara : Fukushima Fragments : site du photographe Kosuke Okahara regroupe les photographies témoignant de la catastrophe nucléaire à Fukushima. Pour lui, ce sont des preuves historiques, qui serviront à la génération suivante.

  • Alone in Fukushima : l'histoire de Naoto Matsumura, le seul homme resté vivre à Fukushima malgré le désastre nucléaire. Une vie menée en coexistence avec les animaux abandonnés dans la ville.

  • L'inquiétant déclin des oiseaux à Fukushima :  l'une des espèces les plus touchées par les radiations à Fukushima se trouve être celle des oiseaux. Ceux-ci subissent une forte baisse de leur population. Ces chiffres se placent en contradiction avec les rares études menées par le gouvernement Japonais à la suite de l'accident.

  • Dans cet article, découvrez les conséquences de l'accident nucléaire de Fukushima sur les plantes, les insectes et les animaux, trois ans après les faits.

  • Ce site vous emmène à la rencontre de Naoto Matsumara, cet homme retourné vivre à Fukushima en pleine zone d'exclusion nucléaire, dans le but de s'occuper des animaux abandonnés à la suite de la catastophe.

  • Blog Fukushima

Ouvrages

  • Hyperobjets : philosophie et écologie après la fin du monde, Timothy Morton, Cité du design (2018), it: éditions (2018) : Dans ce livre, Morton explique ce que sont les hyperobjets et quel est leur impact sur notre façon de penser, de coexister avec les autres Hommes et avec les non-humains, et sur notre expérience de la politique, de l'éthique et de l'art.
  • Le Plan B : Pour un pacte écologique mondial, Lester R. Brown, Calmann-Lévy - Souffle Court Editions (2007) : Agronome de formation, l'auteur alerte sur la trajectoire d'effondrement de l'écosystème et de l'humanité, celle-là même qui a conduit certaines civilisations à disparaître. L'interactivité des hommes et de leur environnement est analysée scrupuleusement secteur par secteur et Lester R. Brown dresse des pistes pour une renaissance possible et d'autres formes d'économie via le développement durable.
  • Le Désir de catastrophe, Henri-Pierre Jeudy, editions Circé (2010) : Impossible de rêver le futur, le seul futur est celui de l'expectative d'un désastre. Le nouveau moralisme ambiant est fondé sur une constante anticipation du pire. Il est stimulé par des injonctions normatives, déclarées pour le Bien de tous. La polyvalence des menaces entretient un état d'alerte grandissant. Se développe alors une « éthique des responsabilités » fondée sur une heuristique de la peur. C'est parce qu'on a peur, qu'on doit être éco-responsable. À l'encontre de l'obsession trop individuelle de la sécurité dans la vie quotidienne, le discours écologique se veut avant tout communautaire.
  • L'effondrement de la civilisation occidentale, Erik M. Conway et Naomi Oreskes (2014) : Ce court essai de prospective écrit par deux historiens des sciences est aussi une fiction d'anticipation : le narrateur, qui se situe au XXIVe siècle, explique ce qui a conduit à « l'effondrement de la civilisation occidentale ». À l'occasion de la célébration du tricentenaire de ce qui est appelé la période de la Pénombre (1988 - 2093), le narrateur, lui-même historien citoyen de la République de Chine, cherche à résoudre ce qui pourrait apparaître comme une énigme de l'Histoire. Comment l'accumulation de travaux et de savoirs scientifiques sur le changement climatique n'a-t-il pas entraîné les décisions nécessaires pour conjurer la crise climatique ? Les deux auteurs posent ainsi la question du rapport entre les connaissances scientifiques et l'action politique.
  • La Zone, Guillaume Herbaut et Bruno Masi (2011) : Guillaume Herbaut est un photojournaliste membre fondateur de l'Oeil Public, structure créée par quatre jeunes photographes afin de pouvoir exposer leurs travaux. Depuis quelques années, il porte son attention sur des lieux chargés d'Histoire, de symboles et de mémoire afin de révéler des drames invisibles. Cette oeuvre est constituée de photos prises dans la zone interdite de Tchernobyl en Ukraine.