Cultivons des réseaux et élevons des chatons
Persona Non Data © La Gaîté Lyrique (Mathieu Clauss - Creasenso)

Cultivons des réseaux et élevons des chatons

Persona Non Data

Partout dans le monde, les réseaux alternatifs se cultivent en nombre. La discussion croise les expériences, des hébergeurs associatifs qui militent pour une informatique paysanne aux serveurs autonomes et autres réseaux organiques.

Les initiatives se cultivent en nombre, du réseau d’hébergeurs associatifs CHATONS qui promeut une informatique paysanne, aux serveurs autonomes qui hébergent des données sensibles et féministes, à la construction de réseaux organiques et démocratiques pour habiter la ville.

Face à un Internet dominé et structuré par des multinationales de plus en plus puissantes se développent des réseaux citoyens qui revendiquent un autre rapport aux outils techniques pour porter une vision démocratique, située et écologique. Alors que l’ONU considère Internet comme un droit humain, des collectifs de résistance numérique se constituent pour faire émerger des projets qui reflètent la multitude des besoins de communautés locales et des approches possibles.

C’est dans une perspective de réappropriation des moyens de production, d’expression et d’action de nos outils de communication que s’est ainsi développé le concept de « souveraineté technologique », forgé par l’activiste Margarita Padilla en référence au principe altermondialiste de « souveraineté alimentaire ». Il met en avant des solutions autonomes, domestiques et ouvertes: matériel et logiciels libres, fournisseurs d’accès Internet (FAI) indépendants, systèmes d’auto-hébergement pour relocaliser les données.

Les intervenant·e·s 

  • Panayotis Antoniadis : travaille à relier les technologies numériques et l'espace physique dans les villes. Il a co-fondé NetHood.

  • Benjamin Cadon : artiste multimédia, il travaille à la Labomedia, basée à Orléans, qui oeuvre depuis 1999 à l’appropriation critique des technologies contemporaines.

  • Clara Cuso : coordinatrice au sein du réseau de télécommunication Guifi.net. Elle s’occupe de la gouvernance et de la résolution des conflits dans la communauté.

  • Spideralex : cyberféministe, elle a fondé le collectif Donestech, coordonné le réseau The gender and Technology Institutes pour Tactical Tech. Elle est l'éditrice de deux volumes sur la souveraineté technologique.

  • Claire Richard : auteure, journaliste et traductrice. Elle a récemment publié Petit ouvrage d’autonomie technologique (éditions 369).


En partenariat avec

Autres événements du festival « Persona Non Data »

Atelier
Pudeur et chiffrement

Pudeur et chiffrement

Persona Non Data

Cet atelier propose de réfléchir à la protection de notre intimité numérique : comment résonne-t-elle avec la collecte de nos données personnelles et, en même temps, à l’omniprésente injonction à la transparence ?

  • samedi 1 décembre 2018 à 15h00
Atelier
FemTech

FemTech

Persona Non Data

Les "FemTech", ces technologies, applications et objets connectés pour "la santé des femmes" construisent-ils vraiment un imaginaire éthique, féministe et inclusif ? Cet atelier s'intéresse à déconstruire leur discours pour mieux le comprendre, et pourquoi pas proposer des alternatives.

  • samedi 1 décembre 2018 à 15h00
Atelier
SnapTaData

SnapTaData

Persona Non Data

SnapTaData est un atelier d'exploration des données collectées par Snapchat. Comment cette appli indique-t-elle à nos amis que nous écoutons de la musique, que nous sommes en train ou en voiture, etc. ? Nous répondrons à ces questions en créant une mini-fiction à partir des informations affichées.

  • samedi 1 décembre 2018 à 15h30