Décoloniser la pensée et les savoirs

Ce qui dépend de nous #3

En compagnie de ses invité·e·s, cette troisième séance s’intéresse au ralentissement du monde, à l’hybridation des savoirs et à la décolonisation des pratiques, dans les arts et au-delà.

Les crises contemporaines sont aussi multiples qu’enchevêtrées, du climat à l’injustice, de l’économie et à la migration. Toutes se rejoignent en pointant du doigt un mode de développement capitaliste défaillant qui a assis la prédation comme logique ultime de notre relation à l’autre – qu’il soit animal, humain, végétal, minéral… Ces pratiques s’appuient sur une vision binaire du monde, usée et incapable d‘enrayer les catastrophes environnementales en cours.

Pour élaborer des réponses, ne pas répéter les mêmes histoires d’appropriation et de domination, il faut opérer un changement radical, une transformation par la racine de notre logiciel de pensée : la décoloniser pour être capable de devenir autre ; pour nous décentrer et faire terre commune avec le reste du vivant. En compagnie de ses invité-e-s, cette troisième séance s’intéresse au ralentissement du monde, à l’hybridation des savoirs et à la décolonisation des pratiques, dans les arts et au-delà.

"Si nous continuons à nous parler le même langage, nous allons reproduire la même histoire. Recommencer les mêmes histoires."
Luce Irigaray, Quand nos lèvres se parlent.

Les intervenant·e·s 

  • Jens Hauser : chercheur et commissaire, il conduit le projet (OU)VERT à l’Université de Copenhague qui cartographie et examine le "vert" comme la couleur la plus anthropocentrique qui soit.

  • Nataša Petrešin-Bachelez : critique d’art et curatrice, elle est commissaire de la Biennale Contour 9 "Coltane as Cotton", à Malines en Belgique.

  • Isabella Aurora, Raisa Inocencio et Alice Turnbull du réseau technochamaniste : elles rassemblent depuis 2014 à travers le monde artistes, biohackers, penseurs, activistes et indigènes dans une cosmogonie libre et ancestro-futuriste, dont les rituels décolonisent la pensée et produisent du sens et du soin.

Autres événements du cycle « Ce qui dépend de nous »

Rencontre
Réparer : outils juridiques et pratiques de soin

Réparer : outils juridiques et pratiques de soin

Ce qui dépend de nous #2

En partenariat avec la Section Française de la Triennale du Design de Milan, cette deuxième séance aborde la notion de réparation. À la fois pratique de soin et outil juridique, elle rend visible les crimes environnementaux et cherche à prévenir les catastrophes à venir.

  • mercredi 20 mars 2019 à 19h00
Rencontre
Cohabiter : assemblages terrestres

Cohabiter : assemblages terrestres

Ce qui dépend de nous #4

Cohabiter, c’est composer de nouvelles assemblées entre êtres humains et les autres espèces du vivant, le règne minéral et les artefacts technologiques. C’est prendre soin des écosystèmes auxquels nous appartenons.

  • mardi 28 mai 2019 à 19h00
Rencontre
Vivre avec la catastrophe

Vivre avec la catastrophe

Ce qui dépend de nous #5

Dans la zone de Fukushima, les habitant·e·s apprennent à cohabiter avec la contamination et à recomposer leur vie dans les dangers invisibles de la catastrophe. Cette dernière rencontre du cycle rappelle que la fin du monde n’est que la fin d’un monde.

  • mercredi 12 juin 2019 à 19h00