Du pouce préhenseur à l’index glissant
The Gaîté Auditorium

Du pouce préhenseur à l’index glissant

Etat des lieux du corps et des gestes à l’ère des technologies numériques, une intervention de Mathilde Chénin.

 

Au cœur des anticipations tour à tour catastrophistes ou porteuses d'utopies, qui ont accompagné depuis le milieu du XXe siècle le développement des nouvelles technologies, le devenir du corps physique et celui de la matérialité, tous deux inexorablement appelés à disparaître au profit d'un flux incessant et impalpable d'informations. Alors que la communication humain-machine n’est plus de l’ordre de la science fiction et que se multiplient surfaces tactiles, outils d'interaction avec la machine via la captation en temps réel du mouvement et autres procédés dits de « réalité augmentée », le corps apparaît aujourd’hui, à la fois et paradoxalement, comme ce véhicule encombrant et périssable, rétif à l’impérieuse nécessité de fluidité que commande la communication avec l’ordinateur, et comme l’ultime périphérique, le siège inédit d’exécution des algorithmes qui sous tendent les prothèses numériques dont nous nous trouvons désormais affublés.

Le geste, dont nous faisions jusqu’à lors l’expérience en tant que signifiant - en ce qu’il accompagne la parole ou s’y substitue - devient à proprement parler opérant, déclencheur de boucles rétroactives et autres commandes machine. Nous serions même sur le point d’atteindre, selon les mots de Patti Maes, chercheuse au M.I.T., le rêve ultime de l’interface parfaite, celle qui viendrait prendre littéralement corps en nous et se confondre avec nos perceptions biologiques. Ainsi, bien loin d’inaugurer l’ère de « l’homme couché » comme le prédisait Paul Virilio dans l’Inertie Polaire (2002), il semble au contraire que les nouvelles technologies inaugurent un rapport inédit aux corps et aux gestes et bouleversent profondément les vécus kinesthésiques.

En s’appuyant à la fois sur les représentations de pratiques quotidiennes des nouvelles technologies (jeux vidéos, outils de communication à distance, etc.) et sur la manière dont ces dernières se trouvent investies dans le champ de la création contemporaine, cette communication interrogera les formes, modalités et conséquences kinesthésiques de l’entrée du corps dans « l’ère du tactile », et envisagera les conséquences du rapport inédit de ce dernier avec des données immatérielles.

Conférencière
Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy en mai 2011, Mathilde Chénin développe depuis son travail plastique et théorique au sein de résidences de recherche (Géographies Variables, Québec, 2012 ; La Box, Bourges, 2013). Elle prend également part à des processus collectifs de réflexion quant aux formes discursives de la performance (Edition Spéciale, Station, Belgrade, 2012), et intervient dans des workshops qui explorent les possibles passerelles entre pratiques chorégraphiques et pratiques algorithmiques (Inscription, corps, machine, E.N.S.A.P.C., Gaîté Lyrique, 2012).

Rencontres

Gayfriendliness et contrôle social

Gayfriendliness et contrôle social

Avec Sylvie Tissot

Loud & Proud 2019 - Festival des cultures queer

Rencontre avec la sociologue Sylvie Tissot autour de son ouvrage "Gay Friendly, acceptation et contrôle de l’homosexualité à Paris et New York" (éd. Raisons d’agir).

  • vendredi 5 juillet 2019 à 19h00
Et si on quittait la ville ?

Et si on quittait la ville ?

Loud & Proud 2019 - Festival des cultures queer

Cette table ronde invite à rencontrer celleux qui ont quitté les villes et à écouter des fragments d'histoires de lieux de vie collectifs queer et féministes en territoire rural, en forêt, en campagne ou en montagne.

  • samedi 6 juillet 2019 à 14h00
Les lesbiennes ne sont pas des femmes

Les lesbiennes ne sont pas des femmes

D'Ilana Eloit

Loud & Proud 2019 - Festival des cultures queer

Cette conférence de la politiste Ilana Eloit revient sur une histoire oubliée, celle de l'histoire politique et sociale de la pensée lesbienne.

  • samedi 6 juillet 2019 à 16h00