Entrée en matière : histoires et politiques de l’Anthropocène
MATTERS - © Joan de Crane

Entrée en matière : histoires et politiques de l’Anthropocène

Ce qui dépend de nous #1

Avec la performance Matters, cette première séance est une entrée en matière dans les histoires et les politiques de l’Anthropocène, cette nouvelle ère géologique marquée par l’impact des activités humaines à l’échelle planétaire.

Pour certain·e·s, il est notre présent incertain ou l’avenir de la catastrophe écologique, d’autres le voient au contraire comme un passé dont il faut sortir et contre lequel multiplier les récits alternatifs. Ce qui est certain, c’est qu’il appelle à réviser nos logiciels de pensée pour répondre sérieusement aux transformations écologiques en cours et dessiner les imaginaires débarrassés du carbone et de la domination.

Matters de Duncan Evennou, Clémence Hallé et Benoît Verjat

Matters est un solo, un assemblage polyphonique qui donne forme et corps aux archives d’une rencontre qui eut lieu à Berlin en 2014 à la Maison des cultures du monde et qui réunissait un groupe de travail autour de l’Anthropocène.

Cette hypothèse géologique (de l'Anthropocène), de plus en plus bruyante dans le monde des arts, inscrit les conséquences des impacts humains sur leurs environnements dans la profondeur des temps terrestres. Sur scène, l’acteur situe puis transforme les voix historiques, scientifiques et politiques des membres du groupe, jouant avec leur parole, passant de leurs récits à leurs hésitations, silences ou dérisions.

Entre les interstices d’une performance de plus en plus perturbée apparaissent les fissures d’un discours politique dominant sur la fin du monde, démuni face aux représentations du temps long et inhumain que les géologues invitent à imaginer. Ce n’est pourtant que la fin d’un monde.

La performance Matters sera présentée à Milan le lundi 18 mars dans le cadre de la journée d'étude proposée par la section française de la Triennale du Design.

Les intervenant·e·s

  • Duncan Evennou : performeur et metteur en scène français, il développe un travail interdisciplinaire aux lisières de l’art dramatique, de la sociologie et de l’art visuel autour de trois dynamiques majeures : la création, la recherche et la pédagogie.

  • Clémence Hallé : elle prépare un doctorat à l'École normale supérieure au sein du laboratoire "Sciences, Arts, Création, Recherche" sur une histoire esthétique de l’Anthropocène, poursuivant ses recherches sur la représentation écologique.

  • Benoît Verjat : il conçoit et réalise de nombreux dispositifs pour la création, l’édition et l’exploration de représentations visuelles. Ces instruments trouvent leurs itérations et leurs applications en art, en design, en scénographie, mais aussi en sciences politiques, en biologie et en sciences humaines et sociales.

Crédits

Metteur en scène et performeur : Duncan Evennou
Auteure : Clémence Hallé
Scénographie : Benoît Verjat
Soutien à l'interprétation : Pauline Simon
Soutien pluriel : Anne-Sophie Milon
Vidéaste : Joan de Crane
Costumières : AGOGO
Musique : Nobukazu Takemura
Une production de la Light House Company, soutenue par le laboratoire SACRe.
Une création en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers, programmée au Printemps des Laboratoires #6.

Autres événements du cycle « Ce qui dépend de nous »

Rencontre
Décoloniser la pensée et les savoirs

Décoloniser la pensée et les savoirs

Ce qui dépend de nous #3

En compagnie de ses invité·e·s, cette troisième séance s’intéresse au ralentissement du monde, à l’hybridation des savoirs et à la décolonisation des pratiques, dans les arts et au-delà.

  • mercredi 10 avril 2019 à 19h00
Rencontre
Cohabiter : assemblages terrestres

Cohabiter : assemblages terrestres

Ce qui dépend de nous #4

Cohabiter, c’est composer de nouvelles assemblées entre êtres humains et les autres espèces du vivant, le règne minéral et les artefacts technologiques. C’est prendre soin des écosystèmes auxquels nous appartenons.

  • mardi 28 mai 2019 à 19h00
Rencontre
Vivre avec la catastrophe

Vivre avec la catastrophe

Ce qui dépend de nous #5

Dans la zone de Fukushima, les habitant·e·s apprennent à cohabiter avec la contamination et à recomposer leur vie dans les dangers invisibles de la catastrophe. Cette dernière rencontre du cycle rappelle que la fin du monde n’est que la fin d’un monde.

  • mercredi 12 juin 2019 à 19h00