Centre de ressources

Aéroports / Ville-Monde : Ressources

du 23 Février au 24 Mai 2017
Miroir du monde contemporain, l'aéroport réunit dans un seul espace le romantisme du voyage et les migrations forcées, le sentiment de liberté et la surveillance. À l'occasion de l'exposition Aéroports / Ville-Monde, ce dossier documentaire rassemble articles, références d'ouvrages et cartographies pour croiser les regards de sociologues, de géographes, de cinéastes...
  • © David Thomas Smith - Anthropocene Serie - Courtesy de l'artiste
  • © Eli Commins - Seelonce Feenee
  • © Joseph Popper The Same Face

Un lieu au carrefour de tous les flux

Symbole majeur de la mondialisation de nos sociétés, l'aéroport est devenu un espace économique de première importance. Les aéroports se transforment aujourd'hui en de véritables plates-formes, concentrant logistique, parkings, hôtels, commerces et centres d'affaires. Le plus souvent situé en périphérie des agglomérations, l'aéroport apparaît comme une "ville dans la ville".

« Je pense que l'aéroport sera la véritable ville du XXIème siècle. Les grands aéroports sont déjà les banlieues d'une capitale mondiale invisible, une métropole virtuelle dont les faubourgs se nomment Heathrow, Kennedy, CDG, Nagoya, une ville centripète dont la population circulera toujours autour de son centre imaginaire sans nécessiter d'y avoir accès. » (J.G. Ballard, The Ultimate Departure Lounge)

 

L'aéroport est par définition un lieu de passage, un "espace des flux" selon l'expression de Manuel Castells. Lieu de départ, qui cristallise un imaginaire lié au voyage et à la liberté, la zone aéroportuaire peut se transformer pour certains en lieu de rétention, où des migrants sont parfois immobilisés plusieurs semaines. En effet, le contrôle des flux immigratoire et la répression de l'immigration clandestine ont avant tout lieu dans les zones aéroportuaires. En France, en 2009, les refus d'admission sur le territoire ont été de 14 280 dont 78 % dans les aéroports. Les étrangers en instance d'éloignement du territoire sont "retenus" au centre du Mesnil-Amelot à quelques centaines de mètres de Roissy-Charles de Gaulle. Aux Etats-Unis, le décret anti-immigration signé par Donald Trump le 27 janvier 2017 a aussi entraîné l'immobilisation de dizaines de personnes dans les aéroports.

 

© Adrian Paci - Centro di Permanenza Temporanea - Courtesy Galerie Kaufmann Repetto

 

Le contrôle, de la sécurité à la consommation

Jusqu'à la fin des années 50, les aéroports sont des lieux relativement ouverts où l'on peut admirer en famille le spectacle des avions. Dès les premiers attentats spectaculaires des années 80 mais surtout après le 11 septembre, les aéroports voient leur système de sécurité et de surveillance renforcés. Nœuds du réseau de trafic aérien, les aéroports deviennent des lieux particulièrement sensibles où se concentrent toutes les technologies de surveillance : puces RFID, biométrie, "body scanner"...

Aéroport de Stockholm, 2013, cartographie de Philippe Rekacewicz

 

Alors que le trafic aérien s'effondre au milieu des années 2000 et que les compagnies aériennes connaissent une profonde crise économique, les États se désengagent de la gestion des aéroports qui est confiée à des sociétés mixtes ou privées. Les espaces publics des zones aéroportuaires sont peu à peu grignotés par les espaces marchands. Selon le géographe et cartographe Philippe Rekacewicz, « le terminal se transforme en un espace à la fois hypercommercial et hypersécurisé, dont les voyageurs deviennent captifs. Les gestionnaires des lieux imaginent une autre organisation des flux ; ils créent un système de circulation forcée qui convertit les aéroports en laboratoires. » 

 

L'aéroport au cinéma

Lieu cinématographique par excellence, l'aéroport permet de confronter l'intimité des retrouvailles ou des adieux à l'espace impersonnel de l'aéroport. Pour l'urbaniste Nathalie Roseau, les aérogares offrent aussi des espaces appropriés aux anticipations, comme La Jetée, le photoroman de Chris Marker (1962), ou L'Armée des 12 singes, qui en est son adaptation par Terry Gilliam (1995). Dans Playtime (1967), Jacques Tati ouvre et clôt son récit avec le décor de l'aéroport qui semble incarner tout l'imaginaire de la ville moderne. L'aéroport d'Orly, recréé par le décorateur Eugène Roman dans les studios de Joinville-le-Pont, ressemble autant à un aéroport qu'à un hôpital : le lieu aseptisé est traversé par deux nonnes, par un homme en blanc poussant un chariot...

 

 

L'espace ressource a été réalisé en collaboration avec

lieu: 
Centre de ressources

Venir à la Gaîté

La Gaîté Lyrique est ouverte du mardi au dimanche.
se renseigner
sur les horaires

Newsletter

Abonnez-vous pour recevoir l'actu de la Gaîté Lyrique