Concert

Discontrol party #1

Vendredi 24 Juin 2011 à 20h
Une expérience interactive et festive : en immersion dans une salle de concert devenue salle de contrôle, les danseurs feront-ils dérailler l'ordinateur omniscient ?
 
 

L'artiste Samuel Bianchini et l'ENSAD transforment la salle de concert de la Gaîté lyrique en immense salle de contrôle grâce à un dispositif de surveillance intelligent et embarqué pour une confrontation entre l'activité de l'homme et de la machine sur fond de musique électro.

Les artistes invité à jouer dans l'installation ce soir-là:

ABSOLUTE BODY CONTROL - Belgique - électro minimale

Formé au début des années 80, ce groupe a été un des premiers combos belges de musique électronique. Mené par Dirk Ivens et Eric Van Wonterghem, le groupe a marqué les esprits avec des titres s'inscrivant dans une new wave froide, mélodieuse et minimaliste. 

 

SCHLACHTHOFBRONX - Munich - électro exotique (Zouk, country)

Duo détonnant de Munich, nouvelle capitale autoproclamée de la "heavy bass", que Schlachthofbronx représente depuis quelques années sur toutes les scènes du monde. A chacun de leurs concerts, ils zappent joyeusement entre rave, dubstep, baile funk, cumbia, soca et musique bavaroise traditionnelle, tout ça bien sûr customisé et pensé pour un impact dancefloor maximal.

 

CEEPHAX ACID CREW - Royaume-Uni - acid house, techno

Old-school tant dans son style vestimentaire que dans les machines qu'il utilise, Ceephax Acid Crew n'en reste pas moins l'un des DJ les plus modernes aujourd'hui. Contrastant avec toute la scène électro actuelle, ses performances parfois ponctuées d'un coup d'harmonica sont célèbres pour le son particulier créé à partir de vieux synthés ou ordinateurs des années 80. Son nom vient de Ceefax, le système de télétexte archaïque de la BBC.

 

ERRORSMITH - Berlin - techno

"Berlin Rave Hero". Producteur de clubmusic dans le plus pur sens du terme depuis le milieu des années 90. Enigmatique et discret, il produit une une techno sombre, dense, aux textures complexes. Pionner techno des formes expérimentales de synthèse sonore, il a développé son propre synthétiseur : Razor, édité par Native Instrument. 

 

 

KRIKOR - France

Le parisien Krikor viendra en ami assurer les interludes de la soirée, avec le goût qu'on lui connaît pour les hybrides industriels et les sombres mélanges, fin connaisseur aussi bien de la booty de Detroit que des productions de l'Ircam, de la pop californienne des sixties à l’électro minimale berlinoise, en passant par la musique concrète, l’indus, le post-punk, le blues, des Beach Boys à Joy Divison, de Throbbing Gristle à Plein Soleil...

Discontrol Party est un dispositif interactif festif qui fait se confronter deux mondes à priori opposés: celui des technologies de surveillance les plus évoluées et celui de la fête. Puisant dans les outils à disposition des militaires, la grande salle de la Gaîté lyrique est réaménagée pour scruter le public et l'analyser. Pendant le concert, les danseurs tout en faisant la fête, sont alors confrontés aux multiples écrans qui les entourent sur 360°, ainsi que le sol, l'observent et l'analysent.
Les faits et gestes sollicitent les machines sous deux aspects : d'un côté les caméras infra-rouges et de l'autre le RFID (identification par radio-fréquence), un dispositif de captation embarquée qui enregistre en permanence des données de celui qui le porte.

Le défi a relever, tout en profitant du concert ? Comment déjouer le système, lui faire perdre la tête, et même le faire bugger ! Les mouvements rapides, désordonnés des corps sont peu compatibles avec le repérage, le suivi et la recherche d’individualisation des dispositifs de surveillance et de contrôle de plus en plus automatisés : reconnaissance de formes, d’individus, de comportements, traçabilité …

A vous de désorganiser le contrôle informatique… Samuel Bianchini organise le débordement du monde virtuel avec le monde réel.

En parallèle, des internautes branchés sur Seconde Life pourront contrôler deux cameramen dans la salle et jouer les avatars grâce au RFID des participants qui permet leur localisation dans la salle. Un logiciel open source Ketchup Addict a été créé pour et par le dispositif pour permettre la visualisation des Discontrol Party.

Samuel Bianchini vit et travaille à Paris. Cet enseignant-chercheur et artiste voue un malin plaisir à mettre en relation art et science à l'aide de dispositifs technologiques. 

 

Discontrol Party est une co-production Futur en Seine.

Organisé dans le cadre du festival Futur en Seine : http://www.futur-en-seine.fr

tarif

14€/11€
lieu: 
Grande salle

Venir à la Gaîté

La Gaîté Lyrique est ouverte du mardi au dimanche.
se renseigner
sur les horaires

Newsletter

Abonnez-vous pour recevoir l'actu de la Gaîté Lyrique