La révolution sera tokenisée

La révolution sera tokenisée

Ils sont connus pour déclencher des phénomènes d’adoption massive et déchaîner les spéculateurs, cependant les NFTs sont bien plus que cela.

Ils sont connus pour déclencher des phénomènes d’adoption massive et déchaîner la spéculation, cependant les NFTs sont bien plus que cela. Les NFTs sont l’acronyme de tokens non fongibles, ce qui mérite quelques explications : les tokens sont des représentations d’objets et de relations (propriété, identité, droit d’accès, d’usage, de vote…). Dans le monde physique, ce sont les tickets de bus, le permis de conduire, la carte d’abonnement à une salle de sport, mais aussi les billets de banque… Dans le monde numérique, un bitcoin ou un fichier mp3 sont aussi des tokens fongibles. Fongibles car interchangeables. 

Là où les NFTs font sensation, c’est qu’ils permettent d’individualiser ce type d’objets numériques pour les rendre aussi uniques que des objets physiques peuvent l’être. Un dessin d’enfant est unique, la photo de ce dessin sur votre smartphone ne l’est pas. Mais si cette photo est enregistrée sur une plateforme de NFTs, elle le devient, car son authenticité sera enregistrée sur une blockchain. Ainsi, même si cette photo circule sur internet jusqu’à être partagée des milliers de fois, il n’en existe qu’un exemplaire “authentique” : celui qui est identifié par un NFT. 

Par-delà la hype des gros chiffres, les NFTs ont une histoire, et surtout un avenir, que ce cycle de rencontres avec certain·es de leurs acteur·rices majeur·es, de leurs expérimentateur·rices, de leurs penseur·ses et de leurs utilisateur·rices, vous permettra de décrypter. En assistant en direct aux rencontres en ligne, il vous sera possible de recevoir des NFTs qui seront la preuve de votre présence à ces événements grâce à un protocole que nous dévoilerons en début de chaque session. 

Quelques détails plus poussés sur la première session :

Les tokens non fongibles permettent une “propriété intellectuelle liquideselon Jake Brukhman, investisseur et conseiller de nombreux projets dans le domaine et invité de la session d’ouverture de ce cycle. Il explique qu’aujourd'hui “nous possédons rarement quoi que ce soit sur internet : nous achetons des licences d’utilisation de livres électroniques à Amazon, nous louons des autorisations d’écoute de morceaux à Apple Music et nous payons pour emprunter des domaines à une société d'enregistrement pendant un temps donné. Même lorsque nous créons notre propre contenu, les droits qui y sont attachés sont souvent détenus par la plateforme de diffusion, le distributeur ou le label”. Les NFTs commencent tout juste à faire vaciller ces systèmes d’exploitation massive des créateur·rices et producteur·rices de contenus. Alex Masmej, qui sera en discussion avec Jake Brukhman, vient justement de créer une nouvelle plateforme à cette effet.

 

Programme

 

 

  • 28.10.21 à 19h : Les NFTs peuvent-ils régénérer l’industrie musicale ?
    Avec — invitations en cours
    Rencontre en anglais

 

  • 11.21 : NFTs mais pas seulement, l’avenir de l’économie des créateurs
    Avec — invitations en cours

 

  • 11.21 : Les NFTs vont-ils détruire ou sauver l’environnement ?
    Avec — invitations en cours