Au Pire Ça Marche

Au Pire Ça Marche

avec Tarik Chekchak

Pour la dixième édition de l’émission « Au Pire Ça marche », Mathieu Baudin de l’Institut des Futurs souhaitables reçoit le biomiméticien et naturaliste Tarik Chekchak pour 45 minutes d’interview, puis pour un temps d’échanges ouverts et hors caméra.

« Va prendre tes leçons dans la Nature, c’est là qu’est notre futur ! » Léonard de Vinci

Tarik Chekchak est un scientifique qui aime créer des ponts entre la biologie et d'autres disciplines. Son travail porte sur le biomimétisme, c’est-à-dire sur l’exploration de 3,8 milliards d’années de R&D en soutenabilité et en résilience pour s’en inspirer afin d’innover de manière durable et éthique.

Avant de rejoindre L’Institut des Futurs souhaitables, Tarik a mis son approche systémique à la disposition de l’équipe Cousteau pendant 13 ans en tant que Directeur « Sciences et Environnement », prenant aussi bien en compte les aspects socio-économiques que culturels dans la gestion intégrée des zones côtières et maritimes,

D’ingénieur écologue à pionnier français du biomimétisme, il est accélérateur d’innovations à haute valeur ajoutée, notamment en RSE, désireux de susciter l’émergence d’innovations inspirées des systèmes vivants et compatibles avec notre planète vivante.

Egalement passeur de sciences, Tarik déploie ses talents au sein de plusieurs écoles d’ingénieurs, de commerce, de formations professionnelles ou d’entreprises et de collectivités. Passionné des milieux polaires, il est chef d’expéditions arctiques et antarctiques depuis plus de 20 ans. Il a récemment rejoint l’Institut des Futurs souhaitables afin de construire un nouveau navire : celui du pôle biomimétisme de l'IFs en tant que Directeur. 

Tarik Chekchak

« Au Pire Ça Marche », l'émission de l'Institut des Futurs souhaitables


Depuis le plateau de la Gaîté Lyrique, « Au Pire Ça Marche » propose et diffuse au plus grand nombre une réflexion sur notre société en mutation et des idées pour demain. À la fois vision du monde et débats, l’Institut des Futurs souhaitables veut inspirer et surtout donner l’envie d’agir, car au pire…ça marche.

L'interview sera disponible en podcast sur la chaîne Youtube de l'Institut des Futurs souhaitables après l’émission. 

L’Institut des Futurs souhaitables (IFs)

Créé en 2012, l’IFs est une école de prospective optimiste qui donne à des volontaires bienveillants et bienvaillants des clés de lecture du présent ainsi que des armes créatives pour participer à la construction de futurs souhaitables grâce à :

  • Un voyage dans le temps, entre passé et futur, pour comprendre le présent dans le but de construire le monde d’après.
  • Une communauté de réinventeurs, pour inspirer, débattre et changer de regard sur leur époque.
  • Des espaces et évènements pour partager, se relier et passer à l’action.

In partnership with

Meetings

Jeux critiques

Jeux critiques

17.09.20 at 19:00

Avec Disnovation.org, Pauline Briand, Julien Maudet et Clémence Seurat

Pour cette première séance, le collectif d’artistes nous invite à imaginer ce que pourrait être une société post-croissance à l’aide d’un jeu de cartes tactique.

Sur les traces de la banlieue du TURFU

Sur les traces de la banlieue du TURFU

Tous les mercredis et jeudis du 30.09 au 22.10.2020

Avec What If? et l'Hypercube

La pandémie de la covid-19 a jeté une lumière crue sur les quartiers populaires. Le même récit dystopique sur ces territoires se perpétue, des médias nationaux aux clips de rap, en passant par les conversations Whatsapp. Et si d’autres récits étaient sous nos yeux ? Une expérience sonore immersive et participative.

Grands projets numériques et défis écologiques : contradictoires, ou nécessaires ?

Grands projets numériques et défis écologiques : contradictoires, ou nécessaires ?

07.10.20 at 19:00

Par la chaire Good in Tech, portée par l’EMI de Sciences Po et l’Institut Mines Telecom Business School et le Réseau Université de la Pluralité

Le numérique semble clairement contribuer à la crise écologique. Peut-il en aller autrement ? Et si c'est le cas, les grands projets technologiques doivent-ils être remis en question ? Peut-on penser un numérique durable ?