From prehensile thumb to sliding finger
The Gaîté Auditorium

From prehensile thumb to sliding finger

Where we're at in terms of the body and gestures in the digital age, with Mathilde Chénin.

 

Au cœur des anticipations tour à tour catastrophistes ou porteuses d'utopies, qui ont accompagné depuis le milieu du XXe siècle le développement des nouvelles technologies, le devenir du corps physique et celui de la matérialité, tous deux inexorablement appelés à disparaître au profit d'un flux incessant et impalpable d'informations. Alors que la communication humain-machine n’est plus de l’ordre de la science fiction et que se multiplient surfaces tactiles, outils d'interaction avec la machine via la captation en temps réel du mouvement et autres procédés dits de « réalité augmentée », le corps apparaît aujourd’hui, à la fois et paradoxalement, comme ce véhicule encombrant et périssable, rétif à l’impérieuse nécessité de fluidité que commande la communication avec l’ordinateur, et comme l’ultime périphérique, le siège inédit d’exécution des algorithmes qui sous tendent les prothèses numériques dont nous nous trouvons désormais affublés.

Le geste, dont nous faisions jusqu’à lors l’expérience en tant que signifiant - en ce qu’il accompagne la parole ou s’y substitue - devient à proprement parler opérant, déclencheur de boucles rétroactives et autres commandes machine. Nous serions même sur le point d’atteindre, selon les mots de Patti Maes, chercheuse au M.I.T., le rêve ultime de l’interface parfaite, celle qui viendrait prendre littéralement corps en nous et se confondre avec nos perceptions biologiques. Ainsi, bien loin d’inaugurer l’ère de « l’homme couché » comme le prédisait Paul Virilio dans l’Inertie Polaire (2002), il semble au contraire que les nouvelles technologies inaugurent un rapport inédit aux corps et aux gestes et bouleversent profondément les vécus kinesthésiques.

En s’appuyant à la fois sur les représentations de pratiques quotidiennes des nouvelles technologies (jeux vidéos, outils de communication à distance, etc.) et sur la manière dont ces dernières se trouvent investies dans le champ de la création contemporaine, cette communication interrogera les formes, modalités et conséquences kinesthésiques de l’entrée du corps dans « l’ère du tactile », et envisagera les conséquences du rapport inédit de ce dernier avec des données immatérielles.

Conférencière
Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy en mai 2011, Mathilde Chénin développe depuis son travail plastique et théorique au sein de résidences de recherche (Géographies Variables, Québec, 2012 ; La Box, Bourges, 2013). Elle prend également part à des processus collectifs de réflexion quant aux formes discursives de la performance (Edition Spéciale, Station, Belgrade, 2012), et intervient dans des workshops qui explorent les possibles passerelles entre pratiques chorégraphiques et pratiques algorithmiques (Inscription, corps, machine, E.N.S.A.P.C., Gaîté Lyrique, 2012).

Meetings

Jeux critiques

Jeux critiques

Prototypes pour penser l’après-croissance #1

Avec Disnovation.org, Pauline Briand, Julien Maudet et Clémence Seurat

Pour cette première séance, le collectif d’artistes nous invite à imaginer ce que pourrait être une société post-croissance à l’aide d’un jeu de cartes tactique.

  • Thursday 17 September 2020 at 19h00
Sur les traces de la banlieue du TURFU

Sur les traces de la banlieue du TURFU

Design Fiction Club - Saison 03

Avec What If? et l'Hypercube

La pandémie de la covid-19 a jeté une lumière crue sur les quartiers populaires. Le même récit dystopique sur ces territoires se perpétue, des médias nationaux aux clips de rap, en passant par les conversations Whatsapp. Et si d’autres récits étaient sous nos yeux ? Une expérience sonore immersive et participative.

  • Tous les mercredis et jeudis du 30 septembre au 22 octobre 2020.
Grands projets numériques et défis écologiques : contradictoires, ou nécessaires ?

Grands projets numériques et défis écologiques : contradictoires, ou nécessaires ?

Good in Tech - Futurs Pluriels #1

Par la chaire Good in Tech, portée par l’EMI de Sciences Po et l’Institut Mines Telecom Business School et le Réseau Université de la Pluralité

Le numérique semble clairement contribuer à la crise écologique. Peut-il en aller autrement ? Et si c'est le cas, les grands projets technologiques doivent-ils être remis en question ? Peut-on penser un numérique durable ?

  • Wednesday 7 October 2020 at 19h00