Politiques de l'anonymat

Politiques de l'anonymat

The great Offshore, Panama Papers, © RYBN

Regard sur les dynamiques sociales et la productivité de l'anonymat à travers le prisme de la recherche artistique.

Politiques de l'anonymat

La manière dont nous pratiquons et imaginons l'anonymat a récemment connu des changements importants. Les médias contemporains et futurs, les technologies d'information, d'identification et de surveillance modifient et transforment des concepts et des pratiques établies pour faire et défaire l'anonymat. Il semble impossible pour une personne seule, à moins d'y employer des efforts démesurés, de demeurer anonyme, que cela concerne son activité, ses mouvements et ses préférences, online et offline. En même temps, il devient de plus en plus difficile de savoir qui sont ceux qui surveillent, tracent, collectent, quantifient et analysent nos habitudes, nos mouvements et préférences les plus personnelles et à quelle fin. La question par conséquent n'est pas seulement de savoir protéger notre anonymat, mais de comprendre quels sont les changements qui affectent les régimes actuels de l'anonymat. Qu'est-ce qui est perdu ? Qu'est-ce qui est gagné ? Et pour qui ?

Cet événement n'a pas pour objet de discuter les manières pratiques d'acquérir ou de conserver son anonymat, mais s'intéresse aux dynamiques sociales, à la productivité et aux dangers de l'anonymat, à travers le prisme de la recherche artistique. Il présente et fait dialoguer des acteurs, des méthodes et des stratégies qui abordent différentes manières de matérialiser et de rendre visible les aspects sociaux et performatifs de l'anonymat - invisible de par sa nature même- en employant différents moyens tels que l'investigation, la cartographie, l'indexage et l'archivage, et en explorant les logiques qui gouvernent les algorithmes au cœur de l'évasion fiscale ou des stratégies bancaires offshore.

Participants

Avec les collectif d'artistes Bureau d'Etudes et RYBN, les artistes et designers Stéphane Degoutin, Vadim Bernard et Martin de Bie (ainsi que leurs étudiants de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris), les curateurs et chercheurs Andreas Broeckmann et Daniela Silvestrin du projet de recherche « Reconfiguring Anonymity », mené par l'Université Leuphana de Lunebourg en Allemagne.

La conférence se prolonge le samedi 3 mars, par le workshop/expédition "Offshore Tour Operator", proposé par RYBN. Plus d'informations

Organisé en collaboration avec Reconfiguring Anonymity
Fondé par Volkswagen Foundation

Meetings

Jeux critiques

Jeux critiques

17.09.20 at 19:00

Avec Disnovation.org, Pauline Briand, Julien Maudet et Clémence Seurat

Pour cette première séance, le collectif d’artistes nous invite à imaginer ce que pourrait être une société post-croissance à l’aide d’un jeu de cartes tactique.

Sur les traces de la banlieue du TURFU

Sur les traces de la banlieue du TURFU

Tous les mercredis et jeudis du 30.09 au 22.10.2020

Avec What If? et l'Hypercube

La pandémie de la covid-19 a jeté une lumière crue sur les quartiers populaires. Le même récit dystopique sur ces territoires se perpétue, des médias nationaux aux clips de rap, en passant par les conversations Whatsapp. Et si d’autres récits étaient sous nos yeux ? Une expérience sonore immersive et participative.

Grands projets numériques et défis écologiques : contradictoires, ou nécessaires ?

Grands projets numériques et défis écologiques : contradictoires, ou nécessaires ?

07.10.20 at 19:00

Par la chaire Good in Tech, portée par l’EMI de Sciences Po et l’Institut Mines Telecom Business School et le Réseau Université de la Pluralité

Le numérique semble clairement contribuer à la crise écologique. Peut-il en aller autrement ? Et si c'est le cas, les grands projets technologiques doivent-ils être remis en question ? Peut-on penser un numérique durable ?