Electro

Mis à jour le 09.02.2020

La danse electro, dite electro ou electro dance, est une danse urbaine française. Elle est fondée sur des mouvements atypiques inspirés du voguing, du locking, de la house ou du popping, adaptés au rythme de la musique electro house. 

Pratiquée depuis les années 2000 dans les clubs de région parisienne tels que le Metropolis, le Redlight ou le Mix, cette danse énergique est extrêmement codifiée et concentrée sur la gestuelle des bras : l’un de ses mouvements les plus connus est le chemin de bras, un enchaînement de bras quasi hypnotique. 

Née sur les dancefloors, l’electro explose grâce à Internet, notamment via les vidéos postées par les danseur·euses, qui deviennent de véritables ambassadeurs du mouvement.

Ce qui explique la popularité éclair d’un des sous-genres de la danse électro, la tecktonik, qui fait rapidement parler de lui: ses danseur·euses inondent les réseaux sociaux de vidéos où on les voit exécuter moulinets de bras et pas lancinants, souvent habillés de couleurs fluo. En 2007, la tecktonik prend d’assaut la Techno Parade à Paris, où les danseur·euses transforment les plafonds des abribus parisiens en pistes perso. 

La danse électro est aussi un important vecteur de sociabilité : les danseur·euses se retrouvent pour apprendre de nouveaux mouvements et les pratiquer ensemble histoire de mieux briller en battle, ces affrontements sur les pistes des clubs. Deux crews, composés de deux à dix membres, rivalisent pour gagner l’ovation du public. Chacun dispose d’une minute pour se dépasser, lors de laquelle il·elle est complètement libre de ses mouvements. Depuis 2013, il existe même un championnat de danse électro, le Life’s Round Contest. 

Pour aller plus loin : Technomédia : jeunes, musique et blogosphère, Anne Peliau ("Chapitre 1, De la techno aux danses electro," à lire ici)