2062, aller-retour vers le futur
2062 - Création de Geneviève Gauckler pour la Gaîté lyrique, décembre 2011

2062, aller-retour vers le futur

Plongez-vous dans le futur pour mieux observer le présent

8 semaines pour appréhender le futur
 

Dans 50 ans, la Gaîté lyrique fêtera son bicentenaire. À cette occasion, le lieu vous convie à imaginer le futur aux côtés d'artistes, de bricoleurs, de penseurs et de créateurs au sein d'une capsule spatio-temporelle. Un véritable plongeon dans l'avenir à travers un voyage temporel de 2 mois dans tous les espaces de la Gaîté lyrique.


Des aller-retours dans le futur à travers une exposition, du théâtre, des concerts, des rencontres, des projections mais aussi des expériences individuelles et collectives.

Plongez-vous dans le futur pour mieux observer le présent dès l'entrée de la Gaîté lyrique.

L’exposition 2062 invite artistes, designers et architectes à s’approprier l’espace et le temps autour de trois approches qui se répondent : le futur vu depuis 2012, 2012 vu depuis le futur et un panorama de 200 ans, de l’inauguration de la Gaîté (en 1862) jusqu’à 2062. Dès l’entrée, nos perceptions se trouvent perturbées par le collectif FREAKS freearchitects et l’Audioguide@ dekom.post & Orbe nous promène dans 2062 et l’histoire de la Gaîté lyrique.
Alors que les installations du collectif Pleix décrivent la solitude de l’être humain et raillent la surconsommation, NoDesign(Jean-Louis Fréchin et Uros Petrevski) nous invite à traverser deux siècles d’inventions et nous ramène au temps où la France était le berceau de l’innovation. Leur fabWall, papier peint artisanal en réalité augmentée, est nourri d’illustrations d’Anne Frémy, créant ainsi un imagier du futur.

Ingénieuse, la Micro ferme de Damien Chivialle s’adapte à notre futur urbain. Critique, le robot du collectif RYBN révèle l’absurdité de la spéculation boursière dans le cadre de son projet Antidatamining. David Guez, lui, a trouvé les moyens de communiquer avec le futur et François Olislaeger dessine dans le noir l’imaginaire des internautes partagé en amont sur le site de la Gaîté Lyrique  quand heeWon LEE nous plonge dans la contemplation avec Infinity II

Les artistes de l'exposition

Exposition de dispositifs audiovisuels
Invité à investir deux étages de la Gaîté lyrique, le collectif Pleix présente présente huit créations originales qui se concentrent sur la thématique de la surconsommation. Leur installation pourrait prendre le sous-titre pensé par H.G. Wells pour son premier best-seller Anticipations (1901) : Une expérimentation en prophétie. Le collectif présente des installations vidéo et plastiques aux environnements sonores travaillés, pour la plupart en exclusivité pour l’exposition 2062.
-
Créé en 2001, Pleix est un collectif de 7 artistes, graphistes designers, artistes 3D, musiciens, rassemblés autour de la même volonté de mêler leurs compétences à travers des projets variés. Leurs créations s’inspirent de la société, du monde, du quotidien, qu’ils détournent pour mieux les sublimer. Leurs projets sont comme des miroirs déformants qui exagèrent visuellement et symboliquement les choses tout en les rendant ludiques.

Chronologie des innovations (1862-2062) / Saudade du futur
FabWall
NoDesign est invité pour 2062 à présenter son FabWall - pour lequel Anne Frémy élabore une proposition iconographique en lien avec les thématiques de 2062 - une frise temporelle des innovations de 1862 à 2062, où les objets formeraient une galerie de l’évolution de la perception du futur.
Le FabWall est un papier artisanal en réalité augmentée. À chaque motif correspond un tag, ou groupe d'informations, qui peut ensuite être commenté et enrichi par le visiteur grâce à l'application Iphone du même nom.
Pour consulter les images, il suffit de télécharger l'application gratuitement sur l'iStore : Iphone fabWall, de créer votre compte et de saisir le nom du mur : gaitelyrique. Le papier peint et un mode d'emploi sont à votre disposition sur www.fabwallpaper.com

NoDesign est la première agence de design numérique, fondée par Jean-Louis Fréchin, enseignant et chercheur à L'ENSCI Les Ateliers. NoDesign est spécialisée dans la création, l'innovation et les réflexions stratégiques centrées sur les pratiques et les usages des technologies de l'information et de la communication (IT). Accompagné d'Uros Petrevski, designer, hacker, dont le regard sensible transforme des algorithmes en objets d'émotion, Jean-Louis Fréchin développe des projets industriels, culturels ou exploratoires.

1862-2062 une Chronologie du Futur

En 1862, Victor Hugo publie les Misérables, Napoléon III est au pouvoir et le futur théâtre de Jacques Offenbach, le théâtre de la Gaîté, est inauguré.
Ces années nous racontent l’épopée des progrès de la science et de ses applications, une histoire industrielle, entrepreneuriale et artistique qui a transformé notre pays, la société et les hommes avec la photographie, le cinéma, l’automobile, l’aviation, la radiodiffusion, l'électricité ou l’atome. En miroir, ces « inventions » parlent de nous, de nos projets et de l’état de nos rêves.
L’objet et le témoin de cette exposition est le Musée des Arts et Métiers, lieu extraordinaire de mémoire des inventions et des objets, qui stimule l’imagination et l’énergie de tous les concepteurs, entrepreneurs et créateurs. Les visions de ces hommes et femmes ont été nombreuses dans ces années foisonnantes, fructueuses et parfois déraisonnables. Ainsi, Branly, Pathé, Gramme, Eiffel, les Curie, Seguin, Farman, Renault, Max Hymans et plus tard les hommes d’Airbus nous rappellent l’importance de faire, d’essayer et de proposer.
Les gens, les amateurs, jouent également un rôle important, à l’exemple des « Sans Filistes», Hackers avant l’heure, qui ont fait émerger les usages de la radiodiffusion. Ils nous rappellent la capacité des humains à détourner les technologies ou les objets qui leur sont proposées.
Pour évoquer le futur, nous avons fait appel à des scientifiques, des artistes, des designers ou des entrepreneurs.
Alors saurons-nous « faire, faire bien, faire mieux » ? Avons-nous les rêves et les forces de fabriquer notre futur ensemble. C’est le message de cette exposition; ce qu’ils ont fait, saurons-nous le faire, autrement aujourd’hui, demain ?
Nous le croyons, si nous arrivons à aimer le Futur et à libérer les énergies. Nous vous invitons à participer à ces nouvelles aventures de liberté, de progrès, d’inventivité, d’ouverture et de beauté... qui comme le rappelle Victor Hugo n’a d’objet que celui de l’homme.... C’est notre souhait pour 2062.
Jean-Louis Fréchin

LISTE DES OBJETS

En Réalités - I am a bugged program (Installation, programme sur ordinateur avec quatre écrans) de Samuel Bianchini, Sylvie Tissot (2009).
Sylvie Tissot est ingénieur en informatique [Site] et Samuel Bianchini est artiste et enseignant-chercheur [Site]. 

Les Misérables de Victor Hugo, Bibliothèque de La Pléiade (1862)

Machine dynamo-électrique à courant continu, type d’atelier de Zénobe Grame (1877) - Prêt du Musée des Arts et Métiers

Viaduc de Garabit, ligne de Marvejols à Neussargues (fac-similé) (1885)

Premier radioconducteur dit cohéreur de type Branly d’Edouard Branly (1890) - Prêt du Musée des Arts et Métiers

Appareil cinématographique réversible d’Henri René Bünzli et Pierre Victor Continsouza (Pathé Frères) (1896) -Prêt du Musée des Arts et Métiers

Locomotive compound type « Ten Wheel » ou 230 de Regnard P. Constructeur, succ. Regnard Frères (1901-1902) -Prêt du Musée des Arts et Métiers

Moteur rotatif Gnome Omega à 7 cylindres de la Société des moteurs Gnôme (1908-1914) -Prêt du Musée des Arts et Métiers

Appareil cinématographique de prises de vues 9.5 mm Pathé dit « Pathé-Baby » (1925) -Prêt du Musée des Arts et Métiers

Récepteur radio d’amateur construit dans une boîte d’appareil de la télégraphie militaire des Sans-Filistes (1918-1926) -Prêt du Musée des Arts et Métiers

Emanateur de radium (1930-1940) -Prêt du Musée des Arts et Métiers

Appareil photographique Foca PF3 « trois étoiles » de Foca (1947-1955) -Collection Jean Fréchin

Appareil photographique Leica IIIg de Leica (1957) -Collection Jean Fréchin

Teppaz TransitRadio de Teppaz (1959-1963) -Collection Jean Fréchin

Minitel M1 du Ministère des Postes et Télécommunications (1982) -Prêt de Nicolas Nova

Plan Informatique pour Tous (IPT) (1985

Nanoréseau : Poste micro-ordinateur THOMSON MO5

Nanoréseau : Cartouche de mémoire RAM complémentaire

Nanoréseau : crayon optique CR50-001 -Collection : Musée des Arts et Métiers

Micro-ordinateur Goupil Golf SX à écran plat V.G.A. de SMT Goupil (1988) -Collection : Musée des Arts et Métiers

Airbus A380 (maquette) d’Air France - Prêt d’Air France

Robot POB (POB Robotic Suite) / POB Technology (2011) -Prêt : POB Technology

La supra-conductivité

Bijou Pare - d’Ombre de Delphine Mériaux

No-contact running (ligne de sport No-Contact) de Marion Gros -http://www.supradesign.fr/

Scanner 3D Thomas Lebécel / L’ENSCI les ateliers 

Where does my Tweet go DATA/MFG labs

Les Misérables des Editions du Livre Public (2042)

Voiture électrique Renault Twizy

Anne Frémy est iconographe, vidéaste et photographe. Elle enseigne à l'école des Beaux-Arts de Nantes et à l'école d'architecture de Versailles.  Depuis 1984, elle collabore avec des architectes, des artistes ou des institutions. Elle a été lauréate de la Villa médicis hors les Murs en 1989, du prix L'envers des Villes en 1998  et de la Villa Kujoyama en 2005. Elle expose et publie régulièrement.
Sa dernière publication est L'invisible invité, aux éditions Onestarpress, 2011.

Série Salon 2067
Radio NextGen, 2067 TELECOM, 2067 email@futur, Horloge 2067

La série 2067 de David Guez questionne le temps, la mémoire et le rapport que nous entretenons avec ces notions, de manière intime et collective. Les différents dispositifs de la série sont autant de propositions qui explorent les nouvelles technologies et les les nouvelles interactions pour y répondre.
Salon 2067 regroupe Radio NextGen, dont la ligne des fréquences est remplacée par une ligne temporelle débutant en 1900 jusqu’à nos jours.
2067 TELECOM, un réseau de cabines qui propose à ses visiteurs de laisser un message vocal à une date donnée dans le futur, à eux-mêmes ou pour un tiers / ainsi que 2067 email@futur qui, sur le même principe, propose d’envoyer un message dans le futur, à soi-même ou aux autres, comme un e-mail à retardement.

Pièce inédite de la série, l’Horloge 2067, co-produite par la Gaîté lyrique, est présentée pour la première fois, pendant 2062. Horloge particulière conçue pour enregistrer en permanence l’espace sonore de son environnement, elle propose un dispositif de captation et de diffusion de la mémoire sonore, que le spectateur actionne en manipulant les aiguilles à distance : le mouvement rotatif vers la gauche plonge le spectateur dans le passé qui peut ensuite revenir dans le présent. L’horloge joue alors pleinement son rôle d’objet mémoriel et crée une tension entre le désir humain universel de remonter les traces du passé et l’objet technologique qui ne cesse de rétablir sa fonction primordiale : donner l’heure du présent.
Horloge 2067: 
Production : Gaîté lyrique / Co-production : Arcadi / Avec le soutien du DICRéAM - CNC
Équipe de production : Maria Delamare - Design / Grégoire Lauvin - Électronique / Marc Swynghedauw - Informatique
-
Depuis 1995, David Guez réalise des projets artistiques dont les deux moteurs fondamentaux sont : La notion de « lien » : lien social, lien entre les différents médiums et entre les différentes pratiques mais surtout lien associé à une idée de l’altérité où l’internet serait le moyen d’échanger avec l’autre. La notion de « public », au sens le plus ouvert du terme : « un art ouvert et disponible à tous les publics » et au sens politique et social : « un art qui questionne les libertés publiques et intimes et qui propose des alternatives ».
Ces deux approches lui ont permis d’inventer des « objets » et des « matrices » qui questionnent des sujets contemporains et leurs liens avec le web.
Il s’agit de thèmes aussi variés que les médias libres, la psychanalyse, le rapport au temps, les usages collaboratifs de l’internet, les problèmes d’identité, de pertes de liberté & les questions d’archivage liées au web. Ces projets ont présenté dans de nombreux événements artistiques (Centre pompidou, Le plateau, Centre Barbara, Nuit blanche, Beaux arts de Lyon, Dijon, Nantes, résidence au Banff, File Festival Brésil…) et ils bénéficient de soutiens institutionnels (CNC, SCAM,..).

Micro-Ferme
Comment approvisionner les villes en produits frais tout en limitant les transports ? Y a-t il des terrains disponibles et non-pollués pour cultiver ?
La « Micro-Ferme » est née de ces deux questions. Grâce aux nouvelles technologies de culture (hydroponie et aquaculture symbiotiques) de très bons rendements peuvent être obtenus sur une surface très réduite, et ce de manière écologique (production bio et économe en énergie). L’idée de Damien Chivialle est de disposer sur le toit d’un container, une serre de production pour la protéger du milieu urbain. Conçue comme un jardin partagé «hors sol», l’équipement peut stationner dans la rue en toute tranquilité. Chaque ferme-container permet de produire localement une partie des besoins alimentaires des riverains. Micro-Ferme est un projet de serre hors-sol fonctionnant en aquaponie.
L’aquaponie est l’alliance de techniques de culture ancestrales et d’outils contemporains très performants. Dans chaque ferme-container, deux mètres cube d’eau circulent en circuit fermé, permettant ainsi d'éviter l'évaporation de l'eau, de ne rejeter aucune eau usée dans l'environnement et de préserver l'énergie de par l'utilisation de l'eau (l'eau étant plus facile à chauffer que l'air).
L’exposition 2062 à la Gaîté Lyrique est l’occasion de tester l’équipement en hiver : le circuit aquaponique sera installé en intérieur et converti en nursery. La serre délimitera un espace d’expérimentations, un laboratoire d’agriculture urbaine : la Micro-Ferme. Au fil du mois de février le public sera invité à participer à des ateliers de germination à la Gaîté pour préparer les fermes de cet été. Quant aux plus gourmands ou aux septiques, des dégustations de produits «hors-sol » seront organisées pour se faire un avis sur la nourriture du futur.
-
Damien Chivialle est diplômé de l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle de Paris en 2006. Designer indépendant et artiste, il intègre des groupes de travail très variés comme la plateforme Conteners, le collectif Studiopublic ou le hacker space /tmp/lab pour étudier l’objet container et les standards qu’il induit à travers le monde. Les dispositifs qu’il propose nous font nous interroger sur la mobilité croissante des biens, des personnes et des données dans un monde de plus en plus formaté. Depuis 2010 deux fermes ont été construites, une à Zürich par Urbanfarmers et l’autre à Berlin à la Malzfabrik. Aujourd’hui trois sont à l’étude, à Lisbonne, Paris et Bruxelles.

Frise dessinée (2012-2062)
Les spectateurs sont plongés dans le noir et sont invités à découvrir la frise de François Olislaeger telle une peinture rupestre, à l’aide de lampes torche mises à leur disposition. La visite se veut intime et met en avant les détails de la frise, réalisée comme une chronologie dessinée à partir des projections des contributeurs et de leurs représentations du futur. Le dessin s’accompagne d’un montage sonore réalisé avec les témoignages de personnes invitées à se projeter en 2062. Le dessin se déploie de façon libre et structurée, tantôt descriptif, parfois plus évasif, pouvant emprunter à la narration de la bande dessinée. La forme est simple, lisible et précise, en noir et blanc.
Un appel à contribution a été lancé sur gaite-lyrique.net, depuis le mardi 15 novembre pour recueillir les témoignages du public à travers leurs projections.
-
François Olislaeger est né à Liège en 1978. Après un passage à l'école Emile Cohl de Lyon, il devient dessinateur de presse (Le Monde, Libération, Les Inrockuptibles) et réalise régulièrement des reportages dessinés. En 2005, il s'associe avec Pauline Fonderla, une scénariste, avec qui il crée 'Echoes Land'. En 2006, il prend pour partenaire Pierre Cattan et crée 'Un autre monde possible', publié chez Hachette. Il a réalisé, fin 2010, une fresque commandée par la cité de l'architecture à Paris dans le cadre de l'exposition "Architecture et Bd, la ville dessinée".

Catherine Contour propose le cycle d'évènements et d'installations Hypnose pendant 2062.
Dans l'exposition, en petite salle du 1er au 5 février découvrez une installation visuelle et sonore dans la petite salle et un dispositif au Centre de ressources.

Après une double formation en arts visuels à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts-Décoratifs de Paris et en danse contemporaine, Catherine Contour a développé une démarche singulière qui s'appuie sur une approche extrême-orientale du corps basée sur des pratiques énergétiques, et se nourrit d'influences de la Post-modern Dance, de Dada et de Fluxus. 

Elle crée des dispositifs de recherche et de représentation pour des lieux et leurs usagers et y propose des expériences esthétiques, basées sur la mise en mouvement des imaginaires, qui s'enrichissent de croisements avec le son, le design, l'art des jardins et l'hypnose qui devient objet central de son travail : des autoportraits aux collectes de paroles, des dispositifs d'écoute aux pièces chorégraphiques, des danses avec hypnose à la création du concept de Plage (mode d'habitation éphémère d'un lieu et d'un temps par un groupe de Nageurs invités à une expérience intime et collective).
En 2011, elle bénéficie d'une bourse du Centre National de la Danse pour sa recherche sur l'outil hypnotique pour la création, l'enseignement et la transmission en danse.
Site web de Catherine Contour.

Une installation atypique : la rédaction d’Usbek & Rica au Centre de ressources.

Pour 2062, la rédaction d’Usbek & Rica se délocalise et s’installe du 1er février au 25 mars, au Centre de ressources de la Gaîté lyrique.

Invités par le cycle Technologies Au Quotidien pendant 2062, RYBN installe son robot trader ADM9, une version analogique de leur automate de trading. Cette installation fait partie d'un projet global à la Gaîté lyrique intitulé Antidatamining avec un cycle de conférences et un atelier sur le monde financier et son automatisation du 7 février au 18 mars 2012. 

ADM 9 est un dispositif d'écoute des marchés financiers. Connecté à différents instruments de mesure analogiques « maison » - de type électrocardiographe, sismographe ou équivalent –, il enregistre sur papier les variations de l'activité spéculative en temps réel. Les tracés réalisés se déploient progressivement dans l'espace de l'exposition. Par la transcription physique des ondes de choc qui traversent le système financier, ADM9 tente de déceler les signes avant-coureurs d'une catastrophe imminente.
ADM9 fait suite à ADM8 , un programme de trading automatique dont l’activité est basée sur un algorithme de prédiction à court terme. Il est exposé au ZKM de Karlsruhe. 
Visiter en ligne le robot ADM8. 

Infinity II - Installation du mardi 28 février au dimanche 18 mars 2012
Co-produite par Arcadi et la Gaîté lyrique, cette création inédite présentée dans la petite salle, est la projection, verticale, de l’image d’une cascade dont le cours est inversé. Evoquant la peinture traditionnelle asiatique, cette installation de heeWon LEEest à la fois extrêmement réaliste et quasi surnaturelle. L’écran devient un espace immersif dans la contemplation duquel le visiteur est plongé. L’appel à la méditation est d’autant plus grand qu’  Ulf Langheinrich   (Granular Synthesis) habille l’installation d’une création sonore à l’image de ce flux ininterrompu.

Scénographie & Urne transtemporelle - 
Durant toute cette thématique, les FREAKS freearchitects investissent la Gaîté lyrique.
La scénographie crée pour l'occasion plonge le visiteur dans une ambiance sonore particulière, déformant la perception du temps et de l’espace, dès l'entrée de la Gaîté lyrique. Au fil de sa visite, il est amené à réfléchir aux expériences vécues à la Gaîté lyrique via des espaces propices à la détente et au laisser-aller aménagés par les architectes.
Pour l'exposition 2062, FREAKS freearchitects réalisent, sur une idée originale de Michel Reilhac, l’Urne transtemporelle, présentée à la Galerie. Lieu d’enregistrement ou de dépôt d’un message personnel, d’une trace de soi-même, prenant la forme d’un son, d’une image ou d’un texte, l'Urne transtemporelle est l’écrin d’un rituel individuel auquel le public est invité. Le message, déposé en 2012, ne pourra être découvert qu’en 2062. L’installation est ainsi l'occasion de réfléchir à son propre avenir, de se projeter dans ce qu'il pourrait être dans 50 ans. Au delà de la projection personnelle, l'ambition est de provoquer un trouble et un questionnement sur la nature même du temps, son essence impalpable et incertaine.
Les FREAKS freearchitects imaginent aussi l’habitat du sous-marin (expérience inédite du week-end de clôture) et l'installation lumineuse présente sur la façade de la Gaîté lyrique...

http://www.freaksfreearchitects.com

Collectif kom.post

Audioguide@, œuvre sonore géo-localisée

Créé en janvier 2009 à Berlin, kom.post est un collectif interdisciplinaire qui réunit une trentaine de jeunes artistes et chercheurs européens. En tant que processus, il s’attache moins à la production d’une œuvre collective qu’à la mise en place et en marche d’un terrain d’interrogations actif et activateur de micro-groupes de création. Le collectif s’inscrit dans une recherche constante autour des formes de création, de transmission et de partage artistique (La Chartreuse, Transmediale, CECN mons, Empreintes numériques). Pour le projet Archives vivantes 2.0, l'équipe de kom.post est composée pour l'instant de Laurie Bellanca, Jennifer Bonn et Camille Louis.
http://www.kompost.me/

Diplômée du Conservatoire National de Région de Marseille (musique) et d'une licence en philosophie, Laurie Bellanca rejoint en 2000 "les Bancs Publics", théâtre d'essais et d'erreur / Marseille. Elle développe ensuite sa propre recherche et crée le Delirium, salon culturel en apesanteur/ Avignon. Elle travaille ensuite en tant qu'interprète ou dramaturge auprès de différentes compagnies ( Adrien Mondot, Yoann Bourgeois, Veronica Vallecillo) puis intervient à l’Ecole des Beaux-Arts d’Avignon et de Grenoble. Elle initie le projet de recherche kom.post à Berlin en 2009 et est aujourd'hui engagée dans la création sonore et les pratiques de création collaborative au sein du collectif, particulièrement les projets contributifs. 

Née au Canada, Jennifer Bonn est une artiste sonore diplômée de l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Marseille (DNSEP en 2002). Elle collabore depuis 2004 avec le théâtre, la danse, le film et les installations plastiques dans plusieurs pays. Elle participe également à des projets en tant que performeuse, médiatrice culturelle, plasticienne, dramaturge et conceptrice de projets. Elle met en place un projet d'Audioguide au festival Transmediale à Berlin en février 2011 dont elle poursuit depuis le développement avec Laurie Bellanca et Xavier Boissarie. 

Camille Louis est philosophe (diplômée de la Sorbonne Paris 1 et de l’École Normale Supérieure) et dramaturge. Son travail est un aller-retour permanent entre théorie et pratique dans lequel les concepts s'expérimentent et où chaque création ou collaboration artistique (notamment avec Pascal Rambert, Robert Cantarella, Rachid Ouramdane, le duo turc Taldans ou encore Ayse Orhon) donne naissance à un « objet réflexif » au format particulier (bulletins hebdomadaires, rencontres interdisciplinaires, ou « revue en ligne, vie, papier » comme la CentQuatRevue créée en 2008). Elle co-initie ainsi le collectif kom.post en 2009 dont elle l'est l'une des artistes et penseuse, développant à partir de lui une thèse entre Paris 8 et Istanbul (Mimarsinan) : « La recomposition du Politique dans la décomposition des politiques »

Audioguide@, œuvre sonore géo-localisée

Orbe réunit des programmeurs, designers, artistes et scientifiques autour de l’expérimentation et la mise en oeuvre de nouvelles expériences impliquant le corps et la technologie numérique. IL intervient principalement dans le domaine culturel en conception-réalisation de contenus multimédias ainsi qu’en assistance à maîtrise d’ouvrage. Orbe développe une expertise dans le domaine des médias situés : création et consultation de contenus en déambulation, réalité augmentée sonore et 3D, cartographie dynamique.
Xavier Boissarie
Après 8 années de conception et réalisations de jeux récréatifs ou sérieux, Xavier Boissarie a enseigné le game-design durant 7 ans dans différents établissements. Il conçoit et réalise des applications multimédia pour le web, les bornes interactives ou les supports mobiles au sein de sa société Orbe. Xavier Boissarie travaille particulièrement avec des institutions ou des grands médias culturels comme l’Ircam, le Centre Georges Pompidou, la Cité des Sciences et de l’Industrie, Arte, l’UNESCO…

autour de l'exposition:

A l'occasion de 2062, le magazine Stratégies invite des équipes de jeunes créatifs à se projeter dans l'avenir de leur métier : que dira la publicité sur nous et notre alimentation dans cinquante ans ?Siavosh Zabeti, Raphael Franzini, Alexander Kalchev et Julia Earthrowl proposent leurs perspectives à travers quatres créations inédites.

Siavosh Zabeti

Stratégies : Et la pub dans tout ça ?
Artiste allemand d'origine iranienne, agence Wieden & Kennedy Amsterdam
Un des jeunes créatifs qui fait beaucoup parler. Il travaillait à Paris jusqu'en juin 2011. Il a été recruté par une des meilleures agences de pub au monde, Wieden & Kennedy Amsterdam.
http://www.siavoshzabeti.com/

Raphael Franzini

Stratégies : Et la pub dans tout ça ? 
Artiste brésilien, agence Loducca Sao Paulo
C'est un des jeunes créatifs brésiliens les plus en vogue. Ses créations jouent avec les supports médias, celui-ci réussissant à rendre le print interactif...
http://www.bestadsontv.com/

Alexander Kalchev

Stratégies : Et la pub dans tout ça ?
Artiste bulgare, agence DDB Paris
Formé à la Miami Ad School c'est l'un des noms qui circule dans les festivals de création. Installé à Paris au sein de l'agence DDB, ses publicités remportent déjà régulièrement des prix internationaux.
http://www.alexanderkalchev.com/

Julia Earthrowl

Stratégies : Et la pub dans tout ça ?
Artiste anglaise
http://www.juliaearthrowl.com/