Afrocyberféminismes #1
© Mélissa Laveaux

Afrocyberféminismes #1Complet

La première cellule immortelle

Mélissa Laveaux (Carte blanche)

Les cellules de Henrietta Lacks, morte d'un cancer fulgurant, se sont avérées immortelles. Cultivées sous le nom de code HeLa, elles ont servi au développement de nombreuses recherches scientifiques.

La séance est placée sous le signe d’Henrietta Lacks, morte à 31 ans d’un cancer fulgurant en 1951 et dont les cellules prélevées à son insu se sont avérées immortelles. Premières cellules humaines cultivées sous le nom de code HeLa, elles ont servi au développement de la recherche en biologie et en médecine, du vaccin antipoliomyélitique à la recherche en nanotechnologies en passant par la cartographie des gènes, la fécondation in vitro…

Le film d’animation VR NeuroSpeculative AfroFeminism (NSAF) d’Hyphen-Labs (en anglais) est présenté mercredi 21 février au local radio (1er étage de la Gaîté), de 14h à 19h, en amont de la séance.

Mélissa Laveaux [CA] musicienne, compositrice et bientôt dramaturge, canadienne d’origine haïtienne, les influences culturelles de Mélissa Laveaux se centrent autour de l’afroféminisme américain, des luttes pour les droits des personnes marginalisées et de la pratique artistique afrofuturiste.

Intervenants

  • Rébecca Chaillon [FR] autrice, metteuse en scène, performeuse
  • Kiyémis [FR] auteure, journaliste, bloggeuse Kiyemis questionne sa position de femme noire dans la société française à partir de l’afroféminisme. @ThisisKiyemis
  • David Fathi [FR] a retracé dans Le dernier itinéraire de la femme immortelle le dernier voyage de madame Lacks.
  • Hyphen Labs [US] collectif d'artistes, ingénieurs, game designers, écrivains présente son projet NeuroSpeculative AfroFeminism qui se situe à l’intersection du design, de la réalité virtuelle et des neurosciences.
    Françoise Verges [FR] Politologue de formation, Françoise Vergès est actuellement titulaire de la chaire Global South(s) au Collège d'études mondiales. En 2017, dans son ouvrage Le Ventre des femmes : capitalisme, racialisation, féminisme, elle revient sur ce moment de l'histoire de La Réunion où, dans les années 1960-1970, des milliers d’avortements et de stérilisations sans consentement sont pratiqués.
    Débat animé par Valérie Lawson [FR] Passionnée de fantasy, de science-fiction et de comics, Valérie Lawson est présidente du Festival des Mondes de l'imaginaire de Montrouge, modératrice aux Imaginales et une afroféministe engagée.

Réservez votre pass pour assister à l'ensemble des 6 rendez-vous pour 30€ au lieu de 36€


En partenariat avec

Autres événements du cycle « Afrocyberféminismes »

Rencontre
Afrocyberféminismes #5

Afrocyberféminismes #5

La race et le genre à l’épreuve du code

Les algorithmes ne sont pas neutres. La mythologie qui a longtemps consisté à présenter les technologies de l’information et de la communication comme abolissant les frontières et les différences de couleur de peau, d'origine et de genre, est fortement mise à mal par des chercheur.se.s qui mettent en évidence les biais dans le code.

  • mercredi 13 juin 2018 à 19h00
Rencontre
Afrocyberféminismes #3

Afrocyberféminismes #3Complet

Licornes africaines, Mami Wata, Internet et les astronautes

Dans l’ombre du start-uper apparaissent de nouvelles figures féminines qui refusent d’être les "licornes africaines" et développent une culture numérique propre.

  • mercredi 11 avril 2018 à 19h00
Rencontre
Afrocyberféminismes #2

Afrocyberféminismes #2Complet

Trans, cyborgs, avatars et gaming postcolonial

Questionnement sur les corps technologisés, la représentation online et dans les mondes virtuels et la réappropriation du jeu vidéo pour proposer des contre-récits ou des gameplays alternatifs.

  • mercredi 21 mars 2018 à 19h00

Dans le magazine autour du cycle « Afrocyberféminismes »

Données fantômes : ce qui n'est pas compté et qui compte

Données fantômes : ce qui n'est pas compté et qui compte

Article

Certaines données sont collectées, d'autres sont manquantes. Qu'est-ce qui préside à ce choix ? L'artiste et chercheuse nigérienne-américaine Mimi Onuoha interroge les façons dont les individus sont catégorisés. Elle s'attache à mettre en évidence que la collecte, l'enregistrement et l'archivage des données sont liés aux questions de contrôle et de pouvoir.