La Nuit des idées : ÊtreS (Très) VivantS

La Nuit des idées : ÊtreS (Très) VivantS

Par le Réseau Université de la Pluralité

Dans le cadre de la Nuit des idées 2020 "Être vivant"

Maintenant que les êtres humains deviennent conscients de leur interdépendance avec toutes sortes d’autres vivants, que faire ? Exploration spéculative et ludique aux croisement des arts et des sciences.

Maintenant que l’on sait que les êtres humains n’ont plus grand-chose d’exceptionnel (ils n’ont le monopole ni de la capacité de raisonnement et d’apprentissage, ni de la conscience de soi et de l’autre, ni du recours à des outils voire au langage, ni de la capacité à transmettre une culture ou des rapports politiques...) et qu’ils deviennent conscients de leur interdépendance avec toutes sortes d’autres vivants, des abeilles aux grands prédateurs en passant par les eucalyptus - maintenant, quoi ? Que faire de cette prise de conscience ? Que change-t-elle ? Quelles pistes ouvre-t-elle ? Quel avenir dans un monde d’êtres tous intelligents et interdépendants ? Et comment en discuter entre espèces, en l’absence d’un langage commun ?

Nos invité·e·s proposent une exploration spéculative (et ludique !) avec nous, au croisement de l’art, la science, la politique et l'imaginaire, pour réfléchir les relations aux autres vivants. Un atelier participatif pour imaginer par les moyens de la fiction, des pistes créatives et sensorielles sur nos relations aux êtres (très) vivants.

Avec la participation de :

  • Apolline Grivelet : artiste plasticienne, formée aux Beaux-Arts de Paris, elle vit et travaille près de Beauvais. Sa pratique, nourrie par les sciences naturelles, porte principalement sur les relations entre l’homme et son environnement. Ses dispositifs artistiques se déploient sur le long terme, selon une démarche expérimentale et incluent souvent animaux, plantes et processus biologiques.

  • Benoît Verjat : chercheur-praticien en art et design, il collabore avec des scientifiques (anthropologues, sociologues, biologistes, géographes, éthologues...), des artistes, des institutions publiques, des acteurs locaux ou des performeurs sur leurs enquêtes et projets. Formé au design à la HEAR (Strasbourg) et en "art et politique" au programme expérimental SPEAP de Sciences Po (Paris), il enseigne depuis 2011 à l’Ensad Nancy. Il est co-fondateur du collectif de film documentaire expérimental excellando et membre du collectif de design g.u.i..

  • Boris Nordmann : formé initialement en biologie, il partage depuis 1999 sa recherche sur les modes de représentation à travers des formes artistiques et des pratiques de décentrement.

  • Olivier Fournout : auteur d’un conte d’anticipation, Candide Candide, qui imagine la vie du fils cloné de Candide, il est par ailleurs chercheur au sein de l’Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (CNRS) et maître de conférence dans le département Sciences Economiques et Sociales de Telecom Paris (Institut Polytechnique de Paris).

#lanuitdesidees


En partenariat avec

Rencontres

Jeux critiques

Jeux critiques

17.09.20 à 19:00

Avec Disnovation.org, Pauline Briand, Julien Maudet et Clémence Seurat

Pour cette première séance, le collectif d’artistes nous invite à imaginer ce que pourrait être une société post-croissance à l’aide d’un jeu de cartes tactique.

Sur les traces de la banlieue du TURFU

Sur les traces de la banlieue du TURFU

Tous les mercredis et jeudis du 30.09 au 22.10.2020

Avec What If? et l'Hypercube

La pandémie de la covid-19 a jeté une lumière crue sur les quartiers populaires. Le même récit dystopique sur ces territoires se perpétue, des médias nationaux aux clips de rap, en passant par les conversations Whatsapp. Et si d’autres récits étaient sous nos yeux ? Une expérience sonore immersive et participative.

Grands projets numériques et défis écologiques : contradictoires, ou nécessaires ?

Grands projets numériques et défis écologiques : contradictoires, ou nécessaires ?

07.10.20 à 19:00

Par la chaire Good in Tech, portée par l’EMI de Sciences Po et l’Institut Mines Telecom Business School et le Réseau Université de la Pluralité

Le numérique semble clairement contribuer à la crise écologique. Peut-il en aller autrement ? Et si c'est le cas, les grands projets technologiques doivent-ils être remis en question ? Peut-on penser un numérique durable ?