Projections de films courts
3Dadditivist

Projections de films courts

Le programme de courts-métrages interroge l'influence de la technologie sur les écosystèmes terrestres à l'époque géologique de l'Anthropocène, et ses répercussions sur le climat. En révélant des infrastructures dissimulées, en questionnant le monopole de la vérité des experts, ou en poussant à l'extrême les scénarios post-humains, les artistes déconstruisent les grands récits qui congèlent l'avenir.

Susan Schuppli, 2014, 13 min, Royaume-Uni, sous-titré en français.

Dans l'Arctique canadien, les Inuits ont observé que le soleil se couchait de nombreux kilomètres plus à l'Ouest le long de l'horizon et que les étoiles ne sont plus où elles devraient être. La lumière du soleil se comporte différemment dans cette partie du monde à mesure que l'air de l'Arctique qui se réchauffe provoque des inversions de températures et perturbe le soleil couchant.
La dispute entre savoir empirique et expertise scientifique est fortement réanimée par les débats actuels sur le changement climatique.

Susan Schuppli est une artiste et chercheure basée à Londres dont le travail examine les preuves matérielles liées aux conflits et aux désastres environnementaux.

Emma Charles, 2016, 20 min, Royaume-Uni, anglais, sous-titré en français.

White Moutain est un docu-fiction en 16 mm qui a pour objet le datacenter Pionen. Ancien bunker de défense civile durant la Guerre Froide, il a été transformé en centre de données en 2008, hébergeant les serveurs de clients qui incluaient un temps Wikileaks et PirateBay. Localisé à 30 mètres sous les roches granitiques de Vita Bergen Park à Stockholm, le design du datacenter souterrain s'inspire directement de films de science-fiction comme « Silent Running ». Jouant avec cette esthétique, White Moutain révèle les différentes formes de temporalités engendrées par l'exploration de l'espace de données et la géologie.

Emma Charles est une artiste basée à Londres. Ses recherches portent notamment sur la matérialité d'Internet, grattant le vernis urbain pour révéler les infrastructures cachées de nos vies contemporaines mues par les technologies.

Morehshin Allahyari & Daniel Rourke, 2015, 10:11 min, sous-titré en français.

The 3D Additivist Manifesto lancé en mars 2015 est un appel à repousser l'impression 3D dans ses extrêmes limites, vers le champ du spéculatif, de la provocation et du bizarre. Le manifeste prend la forme d'une vidéo en images de synthèse offrant une vision apocalyptique d'un monde accéléré jusqu'à son point de rupture par les prouesses des technologiques additives.
L'appel a donné lieu à un livre The 3D Additivist Cookbook, compilation de travaux et prototypes d'une centaine d'artistes, activistes et théoriciens, téléchargeable gratuitement à additivism.org/cookbook

Morehshin Allahyari, est née en 1985 en Iran, artiste, et curatrice. Lauréate du Vilém Flusser Award 2016.
Daniel Rourke, né en 1982 au Royaume Uni, philosophe, il achève sa thèse sur le thème ‘Figuring the Posthuman’ à Goldsmiths, Université de London. Lauréat du Vilém Flusser Award 2016. 

Durant le weekend du 28 et 29 janvier, profitez d'un pass à 16,50€ vous permettant d'accéder à l'ensemble des rencontres et projections de l'auditorium.


 

Autres événements du festival « Lanceurs d'alerte »

Installation
Lanceurs d'alerte

Lanceurs d'alerte

parcours d'installations

Ce Grand Format vous invite à vous glisser dans la peau d’un « whistleblower » à travers six installations.

  • dimanche 29 janvier 2017 à 14h00
  • samedi 28 janvier 2017 à 14h00
  • vendredi 27 janvier 2017 à 14h00
Spectacle
Call-A-Spy Show

Call-A-Spy Show

Peng!

Une parodie de jeu télévisé improvisé pour découvrir ceux qui nous mettent sur écoute

  • Le jeudi 26 janvier à 19h et le vendredi 27 janvier à 21h
Projection
Citizenfour

Citizenfour

Laura Poitras

Quand la réalité se fait plus palpitante que la fiction: CITIZENFOUR retrace sous forme de documentaire le moment où Edward Snowden a décidé de sacrifier sa vie pour celle de ses concitoyens.

  • samedi 14 janvier 2017 à 18h30