Rap et genres, de la domination à la transgression

Dans le cadre du festival Paris Hip Hop

Rap et genres, de la domination à la transgression
© DR

Rap et genres, de la domination à la transgression

Une musique d’homme, une musique machiste. Voici comment le rap est souvent présenté dans les médias grand public et la culture populaire qui le font passer pour le relai privilégié de la domination masculine. Mais ces discours ne prennent pas en compte les contextes qui favorisent ces affirmations de masculinité et en dissimule les enjeux, les contours et les significations. Depuis ses débuts, le rap est aussi un outil d'expression émancipateur par et pour de nombreuses femmes, un moyen de subvertir des formes de domination dans les domaines du genre, de la classe et de la race.

Dans le prolongement des réflexions engagées à la Maison des métallos en février 2017 dans le cadre du colloque universitaire « Conçues pour durer, perspective francophone sur les musiques hip-hop », la table ronde discute ces questions à partir d'exemples dans le rap français et africain et réfléchit à la manière dont le rap permet d'inventer des modèles de masculinités et de féminités alternatives.

Intervenants

Marie Sonnette : maîtresse de conférence en sociologie, spécialisée dans l’engagement politique des rappeurs en France.

Marie Sonnette est maîtresse de conférences en sociologie à l'Université d'Angers et chercheuse au laboratoire ESO/CNRS. Elle a soutenu une thèse en octobre 2013 sur les engagements politiques de rappeurs dans la France contemporaine. Elle est l'une des organisatrices du colloque universitaire tenu en février 2017 à la Maison des Métallos à Paris. Elle travaille à ce titre sur plusieurs publications autour des enjeux contemporains des musiques hip-hop.

Alice Aterianus-Owanga : anthropologue spécialisée dans le hip-hop et les pratiques musicales urbaines au Gabon

Alice Aterianus-Owanga est anthropologue et maître assistante à l’Université de Lausanne, spécialiste du hip-hop et des pratiques musicales urbaines au Gabon, sur lesquels elle a publié. Auteure de films documentaires, elle a récemment co-dirigé un dossier de Politique africaine sur le rap en Afrique (avec S. Moulard, avril 2016), et un ouvrage collectif intitulé La violence de la vie quotidienne à Libreville (avec J. Tonda et M. Mebiame-Zomo, Éditions Académia, coll. AAP, octobre 2016).

Eloïse Bouton : fondatrice du site Madame Rap, journaliste et militante féministe

Eloïse Bouton est fondatrice de Madame Rap, première plateforme en France dédiée aux femmes dans le hip hop, journaliste et militante féministe. Elle travaille notamment pour L’Obs, Brain Magazine et Les Inrocks.

Chilla : artiste rap

Chilla, de son vrai nom Mareva Rana, est une jeune chanteuse et rappeuse de 22 ans d’origine Gexoise, qui pourrait bien être le nouveau visage du rap lyonnais et hexagonal. Sa singularité repose sur ses associations entre rap et chant. Bercée par le violon et le chant depuis son plus jeune âge, ses influences vont de la soul, du rap, au reggae en passant par le dancehall. Elle prépare actuellement son premier EP.

Table ronde proposée par Hip Hop Citoyens et la Gaîté Lyrique dans le cadre du festival PARIS HIP HOP 2017.

Autres événements du festival « Paris Hip-Hop 2017 »

Beats, Rhymes & Life: The Travels of A Tribe Called Quest
Projection

Beats, Rhymes & Life: The Travels of A Tribe Called Quest

Dans le cadre du festival Paris Hip Hop

04.07.17 à 19h30

Rap et genres, de la domination à la transgression
Rencontre

Rap et genres, de la domination à la transgression

Dans le cadre du festival Paris Hip Hop

27.06.17 à 19h

Voir tout