Être autodidacte grâce à Internet

Être autodidacte grâce à Internet

Super-vision #2

Avec le collectif Post Neo

Depuis Internet, des nouvelles pratiques artistiques et culturelles ont émergé, permettant davantage à chacun et chacune d'être indépendant·e pour l'apprentissage et la création.

Certaines danses comme le jumpstyle et le shuffle, la réalisation audiovisuelle, ou encore le Web Art, sont des pratiques post-Internet, c’est à dire nées et transformées par et pour internet. Comment celleux qui veulent apprendre seul·e·s se révèlent-il·elle·s grâce à Internet ? Le collectif Post Neo, précurseur du mouvement Hard Dances, tente de répondre à cette question.

Intervenants

  • Thomas Hongre : diplômé d’un BTS Management des Unités Commerciales, il est aussi un danseur autodidacte pratiquant le jumpstyle et shuffle depuis 10 ans. Il est ainsi danseur pour le collectif (LA)HORDE, et contribue au projet TO DA BONE depuis janvier 2016.

  • Kevin Martinelli : diplomé d’une licence en informatique, spécialité cyber-défense, il a appris seul le jumpstyle et shuffle il y a 10 ans. Il est aujourd’hui danseur pour le collectif (LA)HORDE dans le projet Novaciéries depuis 2015 et dans TO DA BONE depuis janvier 2016.

En lien avec le cycle Haut les pieds ! L’école des danses post- Internet.

Other events part of the « Super-vision » cycle

Voguing, histoire d’une danse hors-normes
Meeting

Voguing, histoire d’une danse hors-normes

23.01.20 at 14:30

Avec Lasseindra Ninja

Des mythiques ballrooms, l’histoire a retenu une danse : le voguing. Cette danse est inséparable de la communauté LGBTQI+, ce que vient nous raconter l'emblématique Lasseindra Ninja.

Être autodidacte grâce à Internet
Meeting

Être autodidacte grâce à Internet

19.12.19 at 14:30

Avec le collectif Post Neo

Depuis Internet, des nouvelles pratiques artistiques et culturelles ont émergé, permettant davantage à chacun et chacune d'être indépendant·e pour l'apprentissage et la création.

Ces algorithmes qui nous gouvernent
Meeting

Ces algorithmes qui nous gouvernent

21.11.19 at 14:30

Avec Sarah Garcin

Les algorithmes sont partout. Pourquoi ne pas interroger ceux de Netflix, Snapchat ou encore Instagram pour découvrir ce qui se cache derrière ?