Que s'est-il passé au juste ? Covid-19, inégalités, travail et plateformes

Que s'est-il passé au juste ? Covid-19, inégalités, travail et plateformes

Étudier les cultures du numérique #3

Avec Antonio A. Casilli

Le sociologue Antonio Casilli revient sur la crise du Covid-19 qui a généralisé le télétravail et analyse ses effets sur les travailleurs précarisés des plateformes, en charge du “dernier kilomètre”.

La crise du COVID-19 a été saluée comme le triomphe du télétravail. Mais, même pendant les phases de confinement, le « smart working » n’a concerné qu'environ 25 % de la force de travail. Des enjeux de stratification sociale se dessinent, car le télétravail concerne principalement les cadres et les classes moyennes supérieures, tandis que les classes populaires sont plus susceptibles d’être des « travailleurs essentiels » hors-domicile, ayant une proximité physique importante avec clients, patients, usagers.

Dans ce contexte, les plateformes de travail « digital » se sont présentées comme des occasions de gain pour les personnes au chômage, voire comme des fournisseurs d’activités à réaliser en toute sécurité depuis son domicile.

Toutefois, une partie importante des travailleurs des plateformes a été exposée à la volatilité des marchés et réduite à l’inactivité. Trois catégories de travailleurs du clic ont survécu à la crise, tout en adaptant leurs profils : les livreurs, devenus désormais le « dernier kilomètre de la logistique », les micro-travailleurs transformés en « dernier kilomètre de l’automatisation » et les modérateurs de contenus sur les médias sociaux qui assurent le « dernier kilomètre de la communication ».

Sur ces catégories pèse une part disproportionnée des risques économiques et sanitaires associés au COVID-19. Cependant, ce dernier a ouvert de nouveaux espaces de reconnaissance pour ces travailleurs, qui émergent de la crise plus organisés et capables de mener une action syndicale afin d’améliorer leurs conditions de travail en Europe, États-Unis et Amérique du Sud.

Intervenant

  • Antonio A. Casilli est sociologue, enseignant-chercheur à Télécom Paris et chercheur associé au LACI-IIAC de l’EHESS. Il a notamment publié En attendant le robots, enquête sur le travail du clic (Seuil, 2019), Les Liaisons numériques (Seuil, 2010) et, avec Dominique Cardon, Qu’est-ce que le digital labor ? (INA, 2015).

Dans le cadre du séminaire "Étudier les cultures du numérique" animé à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales par Antonio Casilli, professeur à Telecom Paris, la Gaîté Lyrique accueille quatre rencontres publiques autour de la question des mutations du travail à l’ère du numérique. Chaque séance est l’occasion d’un dialogue entre des chercheur·euse·s et des artistes de renom international.


In partnership with

Other events part of the « Étudier les cultures du numérique : Le côté obscur du futur du travail » cycle

L'IA est-elle la "destinée manifeste" du travail humain ?
Meeting

L'IA est-elle la "destinée manifeste" du travail humain ?

17.12.20 at 19:00

Avec Antonio Casilli et le collectif RYBN

En 2003, le pionnier des systèmes experts Edward Feigenbaum qualifiait l’intelligence artificielle de "destinée manifeste" de nos sociétés. Ce slogan cache les défaillances d’une discipline qui n’arrive pas encore à s’attaquer à "la vraie majesté de l’intelligence générale".

La start-up nation: un cirque sans filet
Meeting

La start-up nation: un cirque sans filet

12.03.20 at 19:00

Avec Silvio Lorusso et Aude Launay

Entrepreneur ou travailleur précaire ? Bienvenue dans l’entreprécariat, un néologisme forgé par Silvio Lorusso, chercheur et artiste, qui nous guide à travers un monde où le changement est considéré comme naturel et sain, quoi qu’il apporte.

Communiquer avec modération
Meeting

Communiquer avec modération

09.01.20 at 19:00

Avec Sarah T. Roberts et Lauren Huret

Les réseaux sociaux peuvent être un endroit cauchemardesque. Nous avons tendance à penser que ce sont les algorithmes qui filtrent les contenus illicites, qui nous servent de bouclier contre le langage haineux et les vidéos violentes et la haine en ligne. Mais en réalité, ce sont des humains.