Projection

Projections festival 3e scène dans la grande salle 360°

Projections en accès libre et en continu

du 9 au 10 Décembre 2017
  • Sarah Winchester, l’opéra fantôme
  • Les Indes galantes
  • La grande sortie

Sarah Winchester, l’opéra fantôme

Réalisation : Bertrand Bonello (2017)
Avec : Marie-Agnès Gillot et Reda Kateb
Durée : 23‘35

Un opéra qui n’existe pas. Un opéra fantôme, joué à Bastille et dansé à Garnier.
Un lien – quasi mystique – entre les deux scènes. Ce court-métrage de Bertrand Bonello met en parallèle le destin de la veuve Sarah Winchester et l’énergie déployée lors d’une création artistique dans laquelle on retrouve la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot et le comédien Reda Kateb.

Les Indes galantes

Réalisation : Clément Cogitore (2017)
Durée : 5’26

Clément Cogitore adapte une courte partie du ballet des Indes galantes de Jean-Philippe Rameau, avec le concours d’un groupe de danseurs de Krump et de trois chorégraphes : Bintou Dembele, Igor Caruge et Brahim Rachiki.
Le Krump est une danse née dans les ghettos de Los Angeles dans les années 90. Sa naissance résulte des émeutes et de la répression policière brutale qui ont suivi le passage à tabac de Rodney King.
Au coeur de cette atmosphère coercitive, de jeunes danseurs s’approprièrent les violentes tensions alors à l’oeuvre dans le corps physique, social et politique.
Entre les représentations de danses tribales à Paris en 1723 qui inspirèrent l’air Les Sauvages à Jean-Philippe Rameau et les krumpers d’aujourd’hui, s’invente une adaptation cathartique de l’oeuvre, portée par l’énergie furieuse de jeunes gens dansant au-dessus d’un volcan.

La grande sortie

Réalisation : Alex Prager (2017)
Avec : Emilie Cozette, Karl Paquette
Musique : Grandes Etudes de Paganini, S141/R3b : No. 3 in G-Sharp Minor, « La Campanella » – Le Sacre du Printemps / Part I : The Adoration of the Earth - Introduction – Giselle / No. 21 - Andante – Le sacre du Printemps / Part II : The Sacrifice, GlorificatioN of the Chosen One
Durée : 9’59

Après avoir entamé avec succès une carrière de photographe, Alex Prager a débuté en tant que réalisatrice en 2010, avec Despair, qui évoque le film de ballet Les Chaussons Rouges (1948). Ses oeuvres, qui ont été exposées dans des galeries et des musées renommés dans le monde entier, se caractérisent par une mise en scène soignée et un sens aigu du théâtre.
En outre, elles révèlent un intérêt marqué pour le mouvement, le maquillage et les costumes. L’artiste, qui est attirée par le monde de la scène et du ballet, était ravie de le connaître de l’intérieur et de contribuer à un projet visant à faire vivre et à démocratiser l’impressionnante tradition classique de l’Opéra national de Paris.
La grande sortie allie une perception romantique du ballet à une perspective résolument moderne. En se basant sur ses propres expériences scéniques, Alex Prager imagine l’évolution de la danse d’un couple formé par les danseurs étoiles Émilie Cozette et Karl Paquette, avec une touche de fantastique.

Le vendredi 8 décembre, retrouvez ces films dans l'auditorium. Ils seront disponibles en grande salle le 9 et 10 décembre.

tarif

en accès libre
lieu: 
Grande salle

Venir à la Gaîté

La Gaîté Lyrique est ouverte du mardi au dimanche.
se renseigner
sur les horaires

Newsletter

Abonnez-vous pour recevoir l'actu de la Gaîté Lyrique