Un an dans le laboratoire d’éducation artistique de la Gaîté Lyrique

Ateliers partagés 2019-2020

Articles
lundi 22 juin 2020
Un an dans le laboratoire d’éducation artistique de la Gaîté Lyrique

Comprendre, imaginer et maîtriser le monde de demain ne peut se faire sans une éducation critique et créative aux cultures numériques, favorisant l’autonomie, le goût d’apprendre, l’expérimentation. Cette éducation informelle est au cœur du programme d’éducation artistique et d’action culturelle de la Gaîté Lyrique. Bilan d'une année de projets.

Ateliers partagés... en ligne !

À la Gaîté Lyrique, chaque projet, chaque atelier, est un petit laboratoire, une expérience invitant les participant·e·s à construire leur propre rapport créatif et joyeux au monde, à développer le goût pour l'innovation et la création.

Cette saison 2019-2020 a été bouleversée par la crise, mais nous l’avons traversée ensemble. Nous avons pu concrétiser des projets, souvent réinventés par les conditions exceptionnelles imposées, et tout aussi variés que l’est la programmation de la Gaîté Lyrique. Des projets parfois ancrés dans le territoire parisien ou francilien, parfois rayonnant à l’échelle européenne

En revanche, pour la première fois depuis six ans, le festival Ateliers Partagés, qui permet durant quelques jours de donner à voir, écouter, toucher, l’ensemble des projets à la Gaîté Lyrique, n’a pas pu avoir lieu. Nous tenions à présenter les projets qui pouvaient l’être en ligne et à remercier l’ensemble des participant·e·s, élèves, étudiant·e·s, équipes enseignantes, artistes, partenaires, sans qui ces projets n’auraient pu exister.

Expérimenter des pédagogies innovantes

Dans un monde où la connaissance humaine est à portée de clics, institutions, éducateur·rice·s, parents perdent le monopole du savoir, confronté·e·s à cette génération connectée qui peut accéder à l’information, partout, tout le temps. Le rôle de l’enseignant·e se réinvente, à l’école comme dans la pratique artistique, et celui des institutions culturelles comme la Gaîté Lyrique aussi : ensemble nous cultivons l’envie d’apprendre et de transmettre autrement

C’est pourquoi, avec Fabriques à musiqueelectro proposé par la Sacem, nous avons rejoint le projet de coopération européenne Future Songwriting, auquel participent de nombreuses autres classes en Finlande, France, Allemagne, Espagne, Hongrie et au Royaume-Uni. En confrontant différentes méthodes d’apprentissage de la musique et en expérimentant la méthode développée par l’équipe finlandaise d’INTO School, composée d’éducateur·rice·s et compositeur·rice·s, ce projet vise à renforcer la pratique artistique et culturelle des élèves, en leur donnant un rôle actif en tant que créateur de musique et en formant les enseignant·e·s qui intègrent le processus de création avec leurs élèves. Ainsi, une classe de 5ème du collège Montgolfier (Paris) a travaillé aux côtés du compositeur de musique électronique Thomas Aguettaz sur la conception d’une oeuvre. Si le projet n’a pas pu être mené à terme du fait de la crise sanitaire, il a posé les bases d’un travail fructueux qui se poursuivra à l’automne 2020.

La Gaîté Lyrique est également partenaire de deux autres projets de pédagogies innovantes, encore en cours. D’une part, le travail de recherche et de développement d’un instrumentarium inclusif par le Collectif BrutPop qui verra le jour fin 2020. D’autre part, le projet européen STEAMulate Your School, porté par la Gaîté Lyrique (France), Edukaciniai Projektai (Lituanie), Centro Zaffiria (Italie), Karpos (Grèce), avec l’objectif d’apporter des méthodologies efficaces et innovantes pour favoriser la coopération interdisciplinaire en science, technologies, ingénierie, arts et mathématique (STEAM) en relation avec l’informatique et l’éducation aux médias.

Faire entendre sa voix

De la primaire au lycée, la Gaîté Lyrique invite les élèves à explorer le monde, ses normes, ses futurs possibles, dans un approche pluridisciplinaire. Pour construire leur propre regard et développer leur capacité à s’exprimer, à se faire entendre, c’est la voix et le souffle que fait travailler la journaliste et autrice Claire Richard, le corps et le mouvement que choisit le danseur Vinii Revlon.

Ainsi, avec le soutien de la Direction des Affaires Scolaires (Dasco) de la Ville de Paris et du Rectorat de Paris, trente élèves de 6ème du collège Paul Verlaine (Paris) ont imaginé avec Claire Richard une fiction sonore autour du thème de la saison de Capitaine futur : les Outremondes, mangroves secrètes de notre société connectée. À quoi ressemblerait un outre-monde ? De quel type d’espace s’agirait-il ? Qui y trouverait-on ? Et surtout… comment y imaginer des histoires et les raconter ? En six séances, ils ont produit un objet sonore sous forme de podcast, Dark Web, fruit de leur imaginaire, leurs envies, leurs voix. 

 

Mon rôle en tant qu’intervenante est de leur présenter la forme fiction sonore, de les aider à trouver une idée, de leur donner des pistes et des outils pour la développer, puis de penser avec eux la mise en scène sonore. J’ai travaillé avec les élèves le ton, le jeu au micro : apprendre à ne pas faire de bruit quand quelqu’un d’autre parle, ne pas hésiter à se reprendre calmement car les erreurs peuvent être coupées au montage, suivre des directions d’acteur...” Claire Richard

Mais faire entendre sa voix et confronter le monde passe aussi par le corps. En partenariat avec l'Observatoire académique de prévention et de lutte contre les discriminations LGBTQI+ (Lesbiennes, Gay, Bi, Trans, Queer, Intersexes…) du Rectorat de Paris, la section danse hip-hop du Lycée Turgot (Paris) s’est lancée dans un projet d’apprentissage et de sensibilisation au voguing, encadré par le danseur Vinii Revlon, un des voguers français les plus importants de la scène ballroom et artiste récurrent à la Gaîté Lyrique.

Turgot is Voguing ! donnera lieu à un court-métrage et à une performance qui nous seront présentés lors de la journée académique de réflexions et d’échanges sur la lutte contre les discriminations LGBTQI+ à l’école, reportée au 1er octobre 2020 à l’Université de la Sorbonne. Ce projet permet aux élèves de porter un autre regard sur les normes qui cloisonnent notre monde en se confrontant aux questions d’identité et de genre, mais également de plonger dans les univers artistiques des communautés d’aujourd’hui et de demain.

Fabriquer des expériences immersives

Faire l’expérience de narrations sonores, immersives et sensorielles est au coeur du projet de la Gaîté Lyrique. C’est pourquoi nous menons régulièrement des projets avec les professionnel·le·s de l’immersion de demain : les étudiant·e·s des écoles d’art.

Cette saison, les étudiant·e·s de l'École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d'Art - Olivier de Serres (E.N.S.A.A.M.A.) ont conçu trois vidéos immersives sur les Outremondes de Capitaine futur. À travers un voyage immersif et poétique, les étudiant·e·s ont imaginé des espaces virtuels et animés afin de raconter l’histoire d’un univers contemplatif caché derrière les écrans. Que se passe-t-il lorsque l’on envoie un message ? Comment appréhender Internet de "l’intérieur" ? Comment raconter l’univers vaste et varié de l’ordinateur ?

Aussi, avec le soutien de la Dasco de la Ville de Paris et du Rectorat de Paris, les élèves de 5ème du collège Léon Gambetta (Paris) ont imaginé le projet 2399, une projection dans trois siècles de la trace de l'homme, de nos modes de vie et de consommation contemporains.

Des objets témoins soigneusement collectés par les élèves, fossilisés, figés dans la matière, deviennent des vestiges archéologiques. Totems du présent, ils sont alors transformés en reliques d'un temps passé et augmentés d'informations par NFC, une technologie de communication sans fil à très courte portée. Une manière de penser l’immersion par l’objet et la mise en scène dans la réalité.

Se réinventer à l’heure du confinement

Le 14 mars 2020, à l’image de tous les établissements recevant du public, la Gaîté Lyrique a dû fermer ses portes. De nombreux projets étaient encore en cours. Des vidéos confinées de danse du lycée Turgot aux productions finalisées par les artistes intervenant·e·s, ils ont pu pour la plupart se poursuivre ou se réinventer, ce qui nous permet aujourd’hui d’en présenter une partie.

De leur côté, pendant ces mois confinés, les étudiant·e·s de l’école Estienne et l'E.N.S.A.A.M.A. Olivier de Serres ont imaginé des dispositifs spécifiques.

Autour du thème de la saison, qui portait sur l’attention, les étudiant·e·s de l'école Olivier de Serres ont créé leur Waiting room, une exposition en ligne qui aborde le thème de la temporalité à l'heure du réseau Internet. Sur le web, le·la visiteur·euse est fugace, il·elle clique passant de site en site, déambule au gré des hyperliens. Capter son attention vagabonde est un art. Leur projet nous propose différentes interprétations du temps présent, nous invitant à repenser l'espace actuel numérique.

Enfin, dans une série de vidéos, les étudiant·e·s de l’école Estienne nous ont exposé, sur le compte Facebook de la Gaîté Lyrique, leurs projets de diplôme. Cette formule inédite de "jury en ligne" leur a permis de partager leur travail avec le plus grand nombre… et avec nous.

Voir les projets de l'école Estienne

Une année de projets en chiffes

En 2019-2020, 357 élèves et étudiant·e·s ont participé à 16 projets d’éducation artistique et culturelle co-construits avec la Gaîté Lyrique dont :

  • 18 élèves de l'École élémentaire Vaucanson (Paris 3e), avec Dorothée Arnaud, avec le soutien de la Dasco - Tap / Ville de Paris
  • 22 élèves du Collège Edouard Pailleron (Paris 19e), avec Sarah Garcin, avec le soutien du dispositif Art pour grandir / Ville de Paris (60h)
  • 25 élèves du Collège Claude Debussy (Aulnay-sous-Bois), avec le collectif Post Néo, avec le soutien du dispositif La Culture et l’Art au Collège / Conseil départemental de Seine-Saint-Denis (40h)
  • 24 élèves du Collège Jean-Pierre Timbaud (Bobigny), avec Clémence Vazard, avec le soutien du dispositif Parcours d'Éducation aux Regards / Conseil départemental de Seine-Saint-Denis (50h)
  • 29 élèves du Collège Montgolfier (Paris 3e), avec Thomas Aguettaz, dans le cadre du dispositif des Fabriques à Musique de la Sacem et du projet européen The Future Songwriting
  • 30 élèves du Collège Jean Perrin (Paris 20e), avec Olivier Forest, avec le soutien du dispositif Art pour grandir / Ville de Paris
  • 28 élèves du Collège Léon Gambetta (20e), avec Julien Levesque, dans le cadre d’une classe à PAC de la Dasco / Ville de Paris et Rectorat de Paris
  • 24 élèves du Collège Paul Eluard (Bonneuil-sur-Marne), avec Post Néo, dans le cadre d’une classe à PAC / Ville de Créteil
  • 8 élèves du Lycée Turgot (Paris 3e), avec Vinii Revlon, en partenariat avec l’Observatoire académique de prévention et de lutte contre les discriminations LGBTQI+
  • 25 élèves du Lycée Colbert (Paris 10e), avec Sarah Garcin, dans le cadre d’une classe à PAC de la Dasco / Ville de Paris et Rectorat de Paris
  • 14 élèves du Lycée Turgot (Paris 3e), avec Sarah Garcin, dans le cadre d’une classe à PAC de la Dasco / Ville de Paris et Rectorat de Paris
  • 17 élèves du Lycée Suger (Saint Denis), avec Marc Mantelin
  • 10 élèves du Microlycée (Vitry-sur-Seine), avec le collectif What If
  • 12 élèves de l'École Estienne
  • 12 élèves de l'École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d'Art - Olivier de Serres
  • 15 élèves de la Labschool (Paris 3e), dans le cadre du projet européen ERASMUS+ STEAMulate Your School
  • 44 participant·e·s en Seine-Saint-Denis pour le projet Laboratoire d’inclusion musicale, avec Brut Pop, financé par le dispositif Cap’ Transition du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis

Un grand MERCI à l’ensemble des participant·e·s, élèves, étudiant·e·s, équipes enseignantes, artistes, partenaires, sans qui ces projets n’auraient pu exister.