Vers une observation corporelle de l'inaudible

Inaudible Matters #2

Performance de Mario de Vega et conférence de Maya Gratier

Vers une observation corporelle de l'inaudible
Mario de Vega, Towards an Observation of the Inaudible, 2019 © Image : Ceramic modified with microwaves, 2012 - Photo : Gudinni Cortina

Que le réel puisse être parfois vide et silencieux à nos oreilles est d’abord l’expression de nos limites auditives. L’artiste Mario de Vega s’intéresse aux phénomènes normalement inécoutables et fait écho au travail de la chercheuse Maya Gratier sur les expériences auditives intra-utérines.

Performance de Mario de Vega

Mario de Vega s’intéresse aux limites de la perception auditive et aux expériences sensorielles extrêmes. Son œuvre - qui laisse une grande place à l'exploration de l'inconnu, de l'étrange, de l'invisible, de l'inaudible et de l'imprévisible - navigue entre bruits (alarmes, détonations, verres brisés, fréquences électromagnétiques amplifiées) et silences (mur d’enceintes en attente, basses fréquences inaudibles, hymne national mexicain réinterprété en langue des signes ou une grande cloche de bronze fabriquée à l’ancienne et détruite sans jamais qu’un son n’émerge, à découvrir dans le cadre de l'exposition partenaire du Goethe Institut Sound Unheard). Sa performance interroge l’indétermination et l’imperfection de nos sens pour questionner ce qui excède la perception et la cognition habituelles.

Mario de Vega : il vit et travaille entre Berlin et Mexico. Il porte ses recherches sur la matérialité du son, la physionomie de l'écoute, et le potentiel esthétique des arrangements instables. Son travail explore les potentiels de la fragilité, de la vulnérabilité des systèmes, matériels et humains. Sa pratique musicale inclut un large spectre de dispositifs électroniques fait-main, de systèmes électromécaniques et autres interfaces numériques.

Conférence de Maya Gratier

La manière dont nous pouvons sentir et écouter ce qui nous échappe à un niveau aussi bien temporel que spatial est également le sujet de la conférence de Maya Gratier. Sa conférence sur la sensibilité à l'aube de la vie met l’accent sur les expériences auditives intra-utérines et la façon dont celles-ci influencent les liens d’intimité et la perception du monde après la naissance. Au-delà du son, le nourrisson commence tôt à percevoir le monde grâce à ses sens. Cette manière particulière de percevoir l'amène à suivre et à anticiper les contours temporels des ressentis humains, activant une sensibilité qui dépasse les mots.

Maya Gratier : professeure de Psychologie du Développement, enseignante-chercheuse au laboratoire Ethologie, Cognition, Développement de l'Université Paris Nanterre, elle travaille sur le développement de la communication préverbale entre adultes et bébés, de la naissance à la fin de la première année. Elle est spécialiste notamment de la prosodie vocale et du rythme des échanges interpersonnels.

Cette rencontre fait partie du cycle Inaudible Matters, du 12 septembre au 12 décembre 2019 à la Gaîté Lyrique, programmé par Marie Lechner et Anne Zeitz. Elle est en lien avec l'exposition "Sound Unheard", du 12 septembre au 27 octobre 2019, au Goethe Institut.

In partnership with

Other events part of the « Inaudible Matters » cycle

Le partage du silence
Meeting

Le partage du silence

Inaudible Matters #4

Performance de Matthieu Saladin et conférence de Juliette Volcler

12.12.19 at 7:00 pm

Electrical Walks Paris
Meeting

Electrical Walks Paris

Inaudible Matters #1

Du 12 septembre au 12 décembre 2019

Antenna Gods : les paysages audio de la finance
Meeting

Antenna Gods : les paysages audio de la finance

Inaudible Matters #3

Conférence d’Alexandre Laumonier et performance de Dinah Bird et Jean-Philippe Renoult

14.11.19 at 7:00 pm

View all

In the magazine on the « Inaudible Matters » cycle